Chou-fleur Mimosa

Les recettes d’oeufs sont les bienvenues en cette période Pascale. Même si cette année, Pâques se déroule dans une atmosphère bien particulière, il est toutefois important de faire un petit clin d’œil à cette fête. Nous nous souviendrons probablement de Pâques 2020 qui n’a pas regroupé les familles, c’est pourquoi j’ai choisi de partager des recettes plus simples que le traditionnel agneau.

C’est sur son site que Laurent Mariotte nous partage la recette du chou-fleur mimosa. Pour ma part, je n’ai pas utilisé un seul gros chou-fleur mais plusieurs baby choux-fleurs.

Je consacre un article complet au chou-fleur sur mon blog (accès ici) car il est un véritable atout Santé que nous pouvons trouver toute l’année sur les étals.
Il est riche en vitamines K,  C et B, il regorge de fibres, il est riche en protéines, il possède des minéraux et oligo-éléments, il contient une famille de substances anti-cancer appelées « glucosinolates ». Certaines études parlent même d’une diminution nette du risque de cancers de la prostate (40%) chez les hommes qui consomment du chou-fleur au moins une fois par semaine.

Un beau chou-fleur avec 2 oeufs, peut être un plat complet de diner pour 2 personnes ou encore une entrée pour 4 sans gluten et sans lactose. En plat ou en entrée, vous pouvez soigner la présentation de ce chou-fleur mimosa pour égayer la table de Pâques cette année.

Dans un grand saladier : eau + vinaigre blanc + chou-fleur débarrassé de ses feuilles . Laissez-le tremper 5 minutes. Le vinaigre tue les petits insectes qui pourraient être cachés dans les bouquets. Égouttez.

Faire cuire le chou-fleur comme vous en avez l’habitude : dans l’eau salée bouillante ou à la vapeur. Plus ou moins 30 minutes en fonction de sa taille.

En parallèle, cuire les oeufs durs dans une eau bouillante salée (environ 2 oeufs our un beau chou-fleur). Les plonger dans l’eau froide dès la fin de la cuisson (9 minutes). Les écaler et les hacher.

Réalisez la vinaigrette :
Dans un bol : 1 cuillère à café de moutarde + 1 cuillère à café de moutarde à l’ancienne (ou 1 cuillère à soue de moutarde) + 2 cuillère à soupe de vinaigre + 8 cuillères à soupe d’huile (4 d’olive + 4 de colza par exemple pour un bon équilibre) + 1 cuillère à soupe d’eau + Sel + Poivre.
Bien mélanger.
+ 1 échalote hachée + Persil haché.
Bien mélanger.

Présenter le chou fleur nappé de vinaigrette et parsemer les oeufs par dessus.

Continue Reading

Couscous poulet

Le meilleur des couscous, pour moi, c’est celui que j’ai découvert en Juin 2019, à Marrakech, au restaurant Al Fassia. C’est un restaurant bien particulier pour le Maroc car depuis 30 ans ce restaurant se veut n’employer que des femmes en cuisine comme au service. Surtout ne ratez pas cet endroit si vous êtes de passage la bas !

Comme c’est le cas pour beaucoup de ces recettes traditionnelles, il existe probablement autant de recettes que de personnes qui réalisent le plat. Après beaucoup de lectures, je me suis fait ma propre recette de couscous poulet.
Je vous la partage car elle peut vous servir de base pour créer le votre pour pourquoi pas rajouter des merguez, de l’agneau et des boulettes …

Si l’on veut le servir dans les règles de l’art, il faut l’accompagner d’une fine semoule de blé. Je vous partage le lien vers lequel je me réfère pour la réalisation de cette graine. Vous pouvez cliquer ici.
D’un point de vue nutritionnel, ce plat est parfait : beaucoup de légumes, de la viande et des légumineuses (pois chiches) . Il se suffit à la lui-même, c’est pourquoi il peut être servi sans la semoule de blé pour une variante à indice glycémique bas et sans gluten.

Concernant les épices (épices à couscous, raz el hanout, muscade, safran) je mets le minimum pour qu’il ait du goût et je sers à table un petit ramequin de bouillon mélangé à de la Harissa, afin que chacun puisse relever son assiette en fonction de ses goûts. Cela concerne aussi les poivrons, j’aime le gout qu’ils donnent au plat, mais je n’aime pas vraiment les manger. Je les retire avant de servir (voila pourquoi je ne les coupe pas en lamelles pour la cuisson) mais si vous aimez vous pouvez les laisser dans le plat de service. 

La recette donnée pour environ 6 à 8 personnes en fonction des appétits.

Préparation du bouillon :

Dans une casserole : 1,5 litres d’eau + 100g  de concentré de tomates + une cuillère à soupe rase de harissa + 1 cuillère à café d’épices à couscous + 1 cuillère à café de raz el hanout + 1 pincée de muscade moulue.
Faire bouillir et réserver.

Préparation du poulet et des légumes :
Dans un couscoussier ou énorme casserole : 2 oignons hachés + 70g de beurre (ou huile).

Très vite ajouter le poulet (4 cuisses et contre cuisses coupées en 2, soit 8 morceaux). Faire un peu revenir.

Très vite ajouter 8 tomates en quartiers (700g) + Sel + Poivre.
Quand la viande est saisie, bien gratter les sucs de cuisson de la viande avec la spatule en bois.

Ajouter 6 carottes coupées en gros morceaux (360g) + 3 navets coupés en gros morceaux (260g) + 4 branches de céleri coupées en gros morceaux (160g) + 1 poivron rouge coupé en deux + 1 poivron vert coupé en 2. Personnellement je retire les poivrons avant de servir, ils sont la que pour donner du gout. Mais si vous pensez les laisser alors vous pouvez les détailler en 4 morceaux chacun. 
Laisser revenir 2 à 3 minutes.

Versez le bouillon très chaud (même bouillant si possible) préalablement réalisé. Mélangez le tout.
Laissez cuire à petit feu pendant 45 minutes.

Ajouter 1 tranche de courge/potiron coupée en morceaux (400g) + 4 courgettes épluchées de moitié et coupées en tronçons (550g) + 450g de pois chiches rincés et égouttés (conserve en verre) + 1/2 chou vert coupés en quartiers (270g).
+ Quelques pistils de Safran
Cuire 45 minutes à feu doux.

Retirer les poivrons si vous voulez.
Gouter le bouillon et rectifier l’assaisonnent si besoin.

Prélever un peu de bouillon. Dans un ramequin mélanger le bouillon réservé avec de la Harrisa. Server à table de bouillon plus relevé pour ceux qui le souhaite.

Continue Reading

Sarrasinette

Sarrasinette ????? Je viens de l’inventer… Il s’agit d’un doux mélange entre 2 mots : sarrasin et tartiflette ! Vous m’avez bien entendu …. N’étant déjà pas fan des pommes de terre, j’ai opté depuis quelques années pour la Croziflette (tartiflettes aux crozets de Savoie à la place des pommes de terre).

Mais il y a quelques jours, en faisant cuire des graines de sarrasin pour accompagner un poisson, j’ai eu l’idée de remplacer les crozets de Savoie par les graines de sarrasin. De cette façon, nous obtenons une sorte de tartiflette à indice glycémique bas. Je dis bien ig bas mais je dois vous avouer que ce plat doit rester bien occasionnel de part son haut pouvoir calorique; les ingrédients étant : crème, reblochon et lardons.
Niveau goût, la saveur du sarrasin apporte une touche rustique qui va à merveille avec cette sorte de « tartiflette ».
Le sarrasin étant naturellement sans gluten, ce plat convient aux personnes devant ou désirant suivre une alimentation sans gluten.

Même s’il est pratiquement impossible de créer une assiette équilibrée avec ce plat, il  est bien sur primordial de servir ce plat avec une énorme assiette de salade verte et de crudités à côté. Une assiette équilibrée du quotidien se compose de la façon suivante : la moitié de l’assiette de légumes, un quart de protéines et un quart de féculents. Vous trouverez des informations sur l’assiette équilibrée du quotidien en cliquant ici.

Compter environ 60g de graines de sarrasin décortiqué par personne. Le recette est donnée pour 400g de sarrasin, soit environ 6 personnes.

Dans une sauteuse (ou grande poêle) :  faire revenir 200g de lardons 2/3 minutes.
+ 1 gros oignon haché
+ 125g de vin blanc
+ 250g de crème fraiche épaisse

Dans une casserole d’eau bouillante, faire cuire 400g  graines de sarrasin décortiqué (60g cru par personne) quelques minutes de moins que le temps préconisé sur l’emballage.

Préchauffer le four à 200°.

Une fois cuite, égoutter les graines de sarrasin et les incorporer dans la sauteuse au mélange lardons-crème.
+ Sel + Poivre.

Verser le mélange obtenu dans un plat à gratin beurré(ou huilé). Déposer, de façon harmonieuse sur tout le plat, un reblochon coupé en lamelles.

Enfourner pour 20 minutes.

 

Continue Reading

Sauce Ragu de Simone Zanoni

Il y a probablement autant de recette de la sauce Ragu que de personnes qui la font et même si les avis divergent sur les ingrédients, nous serons tous d’accord sur le fait que cette sauce porte bien son nom. En effet, elle vient de « ragouter », c’est-à-dire « réveiller l’appétit ». Quand l’ensemble de la maison s’empare de ces bonnes saveurs et viandes, tomates, échalotes, légumes et herbes qui mijotent, c’est certain que cela réveille l’appétit !
Ce plat de viande mitonnée avec une abondante sauce est utilisée pour accompagner des pâtes ou des lasagnes (recette à venir). Si vous souhaitez l’utiliser dans des pâtes, pensez à mélanger un peu d’eau de cuisson des pâtes à la sauce Ragu (mais je le détaillerai dans une recette à venir).

La recette du Chef Simone Zanoni présente pour moi un équilibre de saveurs parfait et une facilité de réalisation qui donne envie de faire et refaire cette sauce Ragu. Durant le confinement, ce chez nous partage ses recette, sur son Instagram, depuis sa maison ou il cuisine avec ses deux enfants pour le personnel hospitalier. J’ai vite capturé la recette (et d’autres à venir) et me suis empressée de la réaliser.

Dans le bol d’un robot : 3 carottes pelées et coupées en morceaux + 4 échalotes. Hacher en petits morceaux.

Dans une cocotte en fonte ou grande sauteuse : huile de coco bio désodorisée à la vapeur d’eau (ou olives si vous y tenez) + légumes préalablement hachés + Sel + Poivre + 4 feuilles de laurier séchées. Les faire revenir puis les réserver.

Dans la même cocotte : 1 kg de viande hachée (par exemple: 500 g de boeuf + 250 g de porc + 250 g de veau). Faire très peu saisir.
Ajouter 2 verres de vin blanc. Dès que tout le vin a évaporé, ajouter 50g de concentré de tomates + 1,2 kg de tomates concassées (3 boites de 400g).

Laisser mijoter 90 minutes.

Continue Reading

Asperges, sauce miel-moutarde

Durant le confinement, Julien Sebbag nous partage chaque jour sur son Instagram une recette. En pleine saison des asperges, je recherche justement des recettes un peu originales. Celle- ci tombe à pic !
A ce sujet, vous trouverez sur ce blog, en cliquant ici, la recette d’un condiment croquant pour accompagner les asperges. 

En fonction des quantités d’asperges, de fromage frais et/ou de magret, ces asperges peuvent être une petite entrée ou un véritable plat complet

Malgré l’apport de miel, cette recette estcompatible avec une alimentation à indice glycémique bas . Cependant, il vous faut bien choisir le miel.
Le miel est un véritable trésor de la nature. Il a un indice glycémique moyen (IG=55) mais apporte des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des antioxydants et autres substances aromatiques dont on ne connait peut-être pas encore toutes les vertus sur l’organisme. Il est constitué de différents sucres mais plus il est riche en fructose, plus il est liquide et son indice glycémique sera donc plus bas, c’est le cas du miel d’acacia. À l’inverse, plus il est riche en glucose, plus il a tendance à se cristalliser et son ig sera plus élevé. Le pouvoir sucrant du miel est 1,3 fois plus élevé que celui du saccharose, il peut donc être utilise en pâtisseries pour s’économiser 192 calories (100g de sucre peuvent être remplacés par 65g de miel). Il est important de choisir un vrai miel artisanal local, au risque de se retrouver avec une sorte de « faux miel », cet aliment faisant souvent l’objet de fraudes notamment par ajout de sucre, le dénaturant complètement en le transformant en bombe glycémique (par l’ajout de sirops de sucre néfastes à la Santé). Une législation dans l’étiquetage devrait être imposer prochainement.

La recette originale ne mentionne pas de magret séché mais comme vous le savez, j’ai toujours dans le bac à légumes du réfrigérateur, bien enveloppé dans un torchon, du magret séché maison, dont vous trouverez la recette ici. Je me suis dit, que le magret séché accompagnerait très bien ce plat. Je vous conseille ce petit ajout !

Vous pouvez préparer à l’avance la cuisson des asperges et la sauce. Quelques minutes avant de passer à table, tiédir les asperges dans une poêle et dressez. 

Cuisson des asperges :
Commencer la cuisson des asperges (vertes ou blanches) à la vapeur (15 minutes) ou dans l’eau bouillante pour 5 minutes.

Continuer la cuisson à la poêle avec un peu de beurre.

Préparation de la sauce miel-moutarde :
Dan un bol : 1 jaune d’oeuf + 1 cuillère à café de moutarde. Bien mélanger et laisser poser 5 minutes.

En remuant, ajouter de l’huile petit à petit (olive ou colza ou un mixe des 2) huile petit a petit. La vinaigrette prend.

Ajouter quelques gouttes de jus de citron, puis de nouveau un peu d’huile, puis un peu de miel liquide.

Rectifier la consistance que vous voulez en ajoutant si besoin un peu d’huile.

Rectifier l’assaisonnement avec un peu de sel et de poivre, plus de citron ou plus de miel en fonction de vos goûts.

Dressage :

Poser les asperges dans un plat (ou à l’assiette).

Napper les asperges de sauce miel-moutarde.

Déposer dessus des billes (réalisées à l’aide de 2 petites cuillères) de fromages frais de chèvre et des lamelles de magret séché (accès à la recette en cliquant ici).

Parsemez de noisettes grossièrement concassées.

Décorer de feuilles de menthe.

 

Continue Reading

Volaille au romarin

Laurent Mariotte nous a partagé cette recette de sa maman durant le confinement. Dès que j’ai vu sa publication sur Instagram, j’ai eu envie de l’essayer pour changer de la traditionnelle volaille rôtie au four du dimanche midi. J’avoue que ce qui m’a plu dans cette recette, en plus de la saveur de romarin que j’adore, c’est le fait que la volaille ne nécessite aucune surveillance pendant 1h30. Lors de la cuisson au four, il y a d’abord beaucoup de fumée dans la maison et en plus il faut retourner et arroser le poulet très régulièrement… Difficile de faire autre chose pendant ce temps. 

Il est primordial de faire attention au choix du poulet. On le choisi Label Rouge ou issu de l’agriculture biologique.

Cette recette est plus que simple pour un résultat délicieux. J’ai mis dans le titre « Romarin » mais libre à vous de parfumer la volaille avec d’autres herbes en fonction de vos goûts ou de ce que vous avez dans le jardin : thym, estragon … ou même d’en associer plusieurs pour un rendu un peu différent à chaque essai.

Pour répondre à assiette complète équilibrée du quotidien, n’hésitez pas à accompagner cette volaille de légumes de saison et de légumineuses par exemple comme des haricots blancs. 
Vous pouvez cliquer ici, pour avoir un bon récapitulatif de ce qu’est l‘assiette complète équilibrée du quotidien

Badigeonner de beurre mou un poulet bridé de 1,8 kg environ. Salez et poivrez le.

Dans une cocotte en fonte : 25g de beurre + Poulet. Laisser le colorer sur toutes les faces.

+ Gousses d’ail en chemises + 1 oignon épluché et coupé en quartiers + 200 ml d’eau.

+ Etouffer le poulet avec des branches de romarin.

Laisser cuire à feu doux 1h30 à couvert.

Laisser reposer 15 minutes avant le découper. Pendant ce temps, j’ai sorti la volaille de la cocotte et j’ai fait réduire le jus à feu vif quelques minutes. 

Continue Reading

Terrine de joues de boeuf

Confinement certes, mais un apéritif peut quand même être le bienvenu ! Il est essentiel d’avoir à l’esprit que l’apéritif peut être un moment convivial en famille ou entre amis si vous aviez choisi de vous confiner ensemble, ou via les plateformes de visioconférences. Il peut faire beaucoup de bien au moral. 

L’apéritif ne doit pas être toujours synonyme de catastrophe. Il suffit de dompter les pièges pour que l’équilibre nutritionnel reste correct. Un article entier est consacré à ce thème dans ce blog. Vous pouvez y accéder en cliquant ici.  Avec cette terrine de joues de boeuf, vous serez certains d’avoir sur la table basse du salon un apéritif sain. Cette recette est tirée du magazine Saveurs N° 261 de Février 2020.

Viande, carottes, poireaux, oignon et épices sont les seuls ingrédients de cette terrine. En privilégiant cette version « maison », vous vous épargnez les ajouts de produits dont on se passe volontiers tels que : sucres, amidons, gélifiants, épaississants, acide phosphorique et phosphates, conservateurs, antioxydants, acidifiants, correcteurs d’acidité, exhausteurs de goût, colorants…
De plus, vous savez quels morceaux de viande vous mettez dans votre terrine. Malheureusement sur les terrines industrielles, il faut de bonnes lunettes pour vérifier la qualité des morceaux ou les appellations.
Cette terrine est donc sans gluten et sans lactose. Si vous aimez, vous pouvez l’accompagnement d’une vinaigrette aux herbes, aux cornichons hachés et aux oeufs durs moulinés

Vous pouvez la déguster dès le lendemain de sa fabrication. La réalisation ne nécessite aucune connaissance technique, il suffit de suivre la recette à la lettre. 

Dans une grande casserole : mettre 800g de joues de boeuf parées ficelez par 2. Couvrir d’eau froide. Laisser bouillir 5 minutes pour retirer les impuretés (le bouillon de cuisson ne sera pas trouble). Les égoutter et les rincez sous l’eau froide.

Dans cette même casserole mais nettoyée : remettre la viande et couvrir largement d’eau froide + 1 cuillère à café de sel + 1 cuillère à café de poivre en grains +  1 oignon jaune épluché non coupé piqué d’un clou de girofle + 1 bouquet garni. Porter à ébullition. Laisser cuire 30 minutes.

Au bout de 30 minutes, ajouter : 2 poireaux de taille moyenne bien nettoyés + 2 carottes de taille moyenne épluchées. Laissez cuire à feu doux 2h30 à couvert. Vérifier de temps en temps qu’il ne manque pas d’eau, sinon en rajouter.

Au bout de 2h30 : éteindre le feu. Sortir délicatement les poireaux et les carottes et laisser la viande refroidir dans la casserole. Ne pas jeter le bouillon.
Couper les poireaux de la longueur de la terrine.
Couper les carottes en dés.
Quand la viande est tiède, l’effilocher dans un plat + carottes coupées en dés + 150 ml du jus de cuisson + Sel + Poivre + Persil et/ou Ciboulette (en fonction des goûts). N’hésitez pas à gouter et à rectifier l’assaisonnement.

Recouvrir l’intérieur de la terrine (16 cm par 8 cm environ) de papier cuisson.
Répartir au fond de la terrine la moitié du mélange viande-carottes.
Déposer dessus les poireaux.
Recouvrir les poireaux du reste de viande – carottes.
Tasser bien avec le dos d’une cuillère à soupe. Ma terrine possède une « presse », je l’utilise aussi.
Fermer la terrine et la mettre au réfrigérateur pour 8h minimum.

Si vous aimez, vous pouvez l’accompagnement d’une vinaigrette aux herbes, aux cornichons hachés et aux oeufs durs moulinés

 

Continue Reading

Curry de poulet au chou-fleur

Le confinement me permet d’essayer de nombreuses recettes. C’est encore dans le magazine Saveurs de Février 2020 que je me lui laissé tenter par le curry de poulet au chou-fleur et ses douces notes de cardamome. Dans la recette initiale, la cardamome sert à sublimer le riz. Pour ma part je savais qu’un goûter serait prévu pour couper l’après-midi, c’est pourquoi j’ai choisi de ne pas servir de féculents avec le curry. Mais, ayant envie des subtiles saveurs de la cardamome quand même, je l’ai incorporée directement dan le plat.

J’ai peu de choses à vous dire sur cette recette si ce n’est que par le lait de coco elle est naturellement sans lactose et aucune farine n’est ajoutée dans ce plat donc ce curry convient également aux « sans gluten« . 
Extrêmement rapide à réaliser , comptez 30 minutes en tout : 20 de cuisson et 10 de préparation. 
Pour gagner du temps, il sera nécessaire de faire réaliser plusieurs choses en même temps.

Ce plat est complet : il contient légumes et protéines ce qui est parfait pour un diner et, accompagné de riz basmati à indice glycémique bas en quantité raisonnable, il composera à merveille une assiette équilibrée du quotidien. Si vous souhaitez un petit rappel de ce qu’est une assiette équilibrée, vous pouvez cliquer ici.
Il est primordial de faire attention au choix du poulet. On le choisi Label Rouge ou issu de l’agriculture biologique.

Comptez 1 blanc de poulet par personne et 1 petit chou-fleur pour 2.


Dans une casserole d’eau bouillante: fleurettes d’un petit chou-fleur. Cuire 5 minutes. Egoutter.

Dans une cocotte en fonte : 2 cuillères à soupe d’huile de coco + 2 blancs de poulet coupés en gros dés + 2 gousses d’ail hachées + 1 oignon jaune haché. Faire revenir 5 minutes.
+ 1 cuillère à soupe bombée de pâte de curry. Faire revenir 1 minute en mélangeant bien pour enrober les dés de poulet
+ 200 ml de lait de coco + 200 ml d‘eau + chou-fleur précuit + Sel + Poivre + graines  légèrement écrasées de 5 capsule de cardamome*. Laisser mijoter 15 minutes à couvert. Remuer 1 fois et vérifier que la sauce ne réduit pas trop (sinon ajouter un peu d’eau).
+ Parsemer d’1/2 botte de coriandre hachée au moment de servir.

* Si vous servez du riz en accompagnement, ne pas mettre la cardamome directement dans le curry. Faire cuire le riz dans de l’eau salée et contenant les graines légèrement écrasées de 5 capsule de cardamome. 

Continue Reading

Salade de palourdes et avocat

Depuis sa découverte, je prépare cette recette soit en entrée soit en plat principal accompagné dans ce cas d’une belle salade verte.

Extrêmement facile à réaliser, rapide et avec peu d’ingrédients et d’ustensiles, ce plat totalement sain permet de faire le plein d’Oméga 3. Et qui dit plein d’Oméga 3 dit meilleur équilibre de la balance Oméga 6 / Oméga 3, ce qui est très important pour notre santé. N’hésitez pas à cliquer ici pour en savoir plus sur le bienfait des Oméga 3. 

Le plus difficile est de trouver des avocats murs à point. Pensez à en avoir toujours chez vous à bonne maturation.

Le titre de cette recette annonce des palourdes mais rien ne vous empêche, en fonction de votre marché, de la réaliser avec des praires ou des coques par exemple. Pour choisir un coquillage ou un autre, le mieux est encore de privilégier le coquillage pour sa fraîcheur et la proximité de son lieu d’élevage ou de pêche. Achetez-les bien fermés ou vérifiez qu’ils se referment quand on les touche. Les coquilles doivent être intactespas abîmées, ni béantes.
La palourde,(environ 5cm de large), possède une coquille quadrillée à dominante grise. En France, elle est disponible toute l’année mais elle est à son apogée au printemps. 
La coque est moins grosse que la palourde (entre 3 et 4 cm). Sa coquille est blanche et grise, bombée et striée aux bords crénelés. Les coques sont surtout disponibles de septembre à mars.
Les praires sont plus grosses que le
s palourdes. Attention, certaines personnes peuvent avoir plus de mal avec la praire plus charnue et plus ferme.

Dans mon cas, je choisis toujours la palourde car je l’aime pour son petit goût de noisette. Cependant, dans cette recette, les fruits de mer étant cuits, on peut facilement intervertir car leur chair fait penser à celle des moules, en plus raffiné.

 

Les quantités  sont données pour 4 personnes en entrée ou 2 en plats principal.

Dans une grande sauteuse, faites ouvrir 35 palourdes environ à feu vif avec 20  ml d’eau. Égouttez et filtrez le jus à travers une passoire dans un bol.Réserver le jus.

Couper 1 bel avocat mur à point en petits dés et l’arroser du jus de 3 citrons verts pressés +  1 cuillère à soupe d’huile d’olive + 1 botte d’aneth haché + 150 ml de jus de cuisson.

Enlevez la demi-coquille du dessus et dressez les palourdes dans les assiettes ou dans un grand plat de services un peu creux, parsemez de préparation à l’avocat.

Dégustez tiède ou froid.

Continue Reading

Rillettes de poulet, curry et lentilles corail

Idéal sur la table d’apéritif ou même dans une assiette équilibrée complète, ces rillettes de poulet à la préparation ultra facile sauront à coup sur émerveiller vos papilles et celles de vos invités.
Les saveurs de curry se marient à merveille à la lentille corail qui donne une texture très moelleuse. La lentille corail est un formidable féculent à indice glycémique bas qui fait parti de la famille des légumineuses, c’est à dire naturellement sans gluten et riche en protéines végétales. La lentille corail est une très bonne source de fibres, de minéraux, et d’antioxydants.
La lentille corail ne nécessite pas de trempage.

Il est primordial de faire attention au choix du poulet. On le choisi Label Rouge ou issu de l’agriculture biologique.

Il est possible d’étaler généreusement les rillettes sur de belles tranches de pain à indice glycémique bas (mon chouchou étant le pain de seigle au levain) ou encore de tremper des morceaux de légumes dans cette tartinade. Les rillettes de poulet, curry et lentilles corail, suivrons vos apéritifs toute l’année, à vous de les accompagner des légumes du moment.
Vous trouverez, en cliquant ici, un article sur les pains à indice glycémique bas.
Chaque début de mois, un article sur les légumes de saison est publié. N’hésitez à vous y reporter en cliquant ici.

Nous devons cette recette à Cerise sur le Maillot, qui, une fois de plus nous régale avec des recettes simples et rapides.

Naturellement sans gluten et sans produits laitiers, et avec seulement 4 ingrédients et quelques épices, il vous faudra grand maximum 15 minutes pour réaliser ce petit régal.

Rillettes poulet, curry et lentilles corail

Dans une casserole : 500g d’eau + 2 cuillères à café de pâte de curry doux + 1 cube de bouillon de volaille. Portez à ébullition.
+ 1 escalope de poulet coupée en morceaux + 30g de lentilles corail. Cuire 10 minutes à feu moyen.

Bien égoutter. Ajouter 3 cuillères à soupe de crème de coco + 1 cuillère à soupe de coriandre ciselée fraiche ou surgelée + Sel

Mixer dans un blender ou à l’aide d’un pied de soupe jusqu’à la texture souhaitée. 

Réservez au frais avant de servir.

 

Continue Reading