Le levain : entre magie et poésie

Je fais parti des personnes qui ont profité du confinement pour se mettre au levain maison. Je voulais essayer depuis longtemps le levain car il a toute sa place dans l’alimentation à indice glycémique bas.

En effet, tous les pains ne se valent pas (vous pouvez accéder à l’article en cliquant ici) en fonction du type de farine bien sûr, mais aussi en fonction de l’utilisation de levain ou de levure de boulanger.
L’utilisation du levain a plusieurs avantages :

  • Le pain au levain a un indice glycémique plus bas. En effet, la panification au levain génère des acides organiques, et cette acidité contenue dans le pain, en ralentissant la vidange gastrique, amoindri les pics de glycémie.
  • De plus, la présence de levain détruit une grande partie de l’acide phytique : les minéraux seront donc mieux absorbés.
  • Et enfin, le levain hydrolyse le gluten, le prédigère. Il devient alors plus digeste.

Qu’est ce que le levain ?
Un petit animal de compagnie ? Oui presque ! On observe ce mélange de farine et d’eau buller, se développer et se renforcer… On part de presque rien pour arriver à un ensemble de micro-organismes en activité… jusqu’à en obtenir du pain!
En cette période un peu compliquée, cet aspect magique fait du bien.
On est loin des recettes techniques. Pour créer un levain, il faut de la patience, observer avec sensibilité, s’en occuper, savoir ajuster et s’adapter… presque l’apprivoiser. Et quand il est enfin actif, il ne réagit pas toujours de la même façon. Il n’a pas d’horloge, il n’est ni contrôlable ni prévisible.
La coutume veut que l’on attribue un prénom à son levain… On voit souvent sur les réseaux sociaux Marcel, Maurice, Raoul…. Après de multiples échecs, le jour où le mien est né, son style « beau & fort », m’a plutôt inspiré …  Jason (Bourne). Voila comment Jason est né chez moi pendant le confinement, contre le radiateur de la buanderie, chauffée à 23° au mois d’Avril pour l’occasion… Oui ce levain a un coût et une taxe carbone relativement élevée mais j’en suis fière et heureuse de faire mon pain.
Concernant le coût, en parcourant la recette, vous verrez que les quelques étapes durant la naissance du levain nécessitent de jeter une partie du levain à la poubelle à plusieurs reprises. Pour éviter ce gaspillage, il existe des recettes de crêpes ou pancakes dans lesquelles on utilise ce levain mais je n’ai pour le moment pas étudié ceci. Je mettrai cet article à jour quand j’aurai fait quelques recherches et essais. 

Comment s’y prendre ?
Quand j’ai démarré l’aventure, je suis allée d’échecs en échecs, des centaines de grammes de farine sont parties à la poubelle… De nombreux paramètres rentrent en comptent dans la naissance du levain. Je vous partage ce qui a finalement fonctionné pour moi, mais vous trouverez de multitudes d’autres « recettes » des plus simples aux plus pointues. Il n’y a pas de recette miraculeuse car ce n’est pas une science exacte… A voir ce qui marche chez vous…

Concernant les proportions de farine et d’eau, j’ai choisi les conseils de Cécile Decaux auteure de l’ouvrage Levain (La Plage), que j’ai trouvé sur différents site internet car malheureusement son livre est en rupture. Il m’est impossible de citer (et je m’en excuse) les différentes personnes à qui j’ai piqué des conseils par ci par là sur internet, sur des blogs, dans des forums…. Des heures de recherches pour arriver à réussir après de nombreux échecs, je remercie pour toutes ces personnes.

Mes conseils :

  • Farine de seigle bio T170 : si elle est traitée, elle sera moins riche en micro-organismes. Or, le levain fonctionne grâce aux bactéries présentes dans la farine.
  • Eau de source : Les bactéries n’aiment pas trop le chlore présent dans l’eau du robinet.
  • Ajouter toujours l’eau de source en premier puis la farine
  • Balance précise à chiffres et non à aiguille.
  • Maryse en silicone : ne jamais utiliser de bois (s’il est atteint, il risque de contaminer le levain).
  • Cuillère à soupe (pour prendre la farine si besoin)
  • 2 Bocaux en verre transparent (un petit d’environ 500 ml et un grand de 750 à 1000 ml)dont vous connaitrez leurs poids vide et sans couvercle.
  • 2 élastiques
  • du papier absorbant
  • Une pièce sans courant-d’air et chauffée entre 22 et 25°
  • Penser à rincer à l’eau de source tout ce que vous utilisez (bocal et maryse) car s’il reste des traces de détergent de lessive dessus, vous risquez de tuer votre levain.
  • Ne jamais jeter du levain dans l’évier mais toujours à la poubelle !

Naissance du levain en 3 étapes

Avant de vous lancer dans la 1ère étape, je vous conseille de lire l’ensemble de l’article, y compris le début.
Etape 1
 (noter le jour et l’heure) :

Prendre le grand bocal en verre (nécessité de voir à travers) sans couvercle et le peser. Bien noter son poids vide et sans couvercle.
Personnellement j’ai utilisé ce que j’avais, un bocal en verre le parfait de 750-825 ml, (poids vide 400g). Il parait un peu gros pour les 20g de farine à venir dans cette étape mais à l’étape 3 il y aura en tout 180g de farine et autant d’eau.
Rincer à l’eau de source le bocal en verre et une spatule en silicone (maryse).
Dans le bocal : 20 g d’eau de source + 20g de farine de seigle bio T170.
Bien mélanger à la maryse, racler les parois et essayer d’étaler au mieux pour bien voir le niveau à travers le bocal. Mettre un élastique autour du bocal à hauteur du levain pour bien repérer le niveau.

Poser sur le bocal une feuille de papier essuie-tout et la maintenir avec un élastique.
Placer ce bocal dans une pièce sans courant d’air et dont la température se situe entre 22 et 25°.

En plus ou moins 24h, on peut voir apparaitre des petites bulles et une impression de gonflement.

Etape 2 :
Retirer l’essuie-tout et l’élastique de surveillance du niveau.
Rincer la maryse à l’eau de source et s’en servir pour bien remuer le levain.
Ajouter dans le bocal 40 g d’eau de source + 40 g de farine de seigle bio T170.
Bien mélanger à la maryse, racler les parois et essayer d’étaler au mieux pour bien voir le niveau à travers le bocal. Mettre un élastique autour du bocal à hauteur du levain pour bien repérer le niveau.
Poser sur le bocal une feuille de papier essuie-tout et la maintenir avec un élastique.
Placer ce bocal dans une pièce sans courant d’air et dont la température se situe entre 22 et 25°.

On observe sur 12h environ que le mélange gonfle un peu et la présence de petites bulles.

Etape 3 
Retirer l’essuie-tout et l’élastique de surveillance du niveau.
Rincer la maryse à l’eau de source et s’en servir pour bien remuer le levain.
Ajouter dans le bocal 120 g d’eau de source + 120 g de farine de seigle bio T170.
Bien mélanger à la maryse, racler les parois et essayer d’étaler au mieux pour bien voir le niveau à travers le bocal. Mettre un élastique autour du bocal à hauteur du levain pour bien repérer le niveau.
Poser sur le bocal une feuille de papier essuie-tout et la maintenir avec un élastique.
Placer ce bocal dans une pièce sans courant d’air et dont la température se situe entre 22 et 25°.

En 8h, le levain va gonfler (dépasse légèrement) le niveau de l’élastique et on observe des petites bulles. Ce sera le signe de la naissance de votre levain ! Choisissez-lui un prénom.
Cependant naissance ne veut pas dire mur pour faire du pain, il faut encore quelques jours de patience.

Croissance du levain jusqu’au « levain-chef » :

Une fois l’étape 3 et votre levain baptisé de son petit nom, il faut le faire murir, le rendre dynamique pour qu’il soit prêt à faire du pain.

Etape 4 :
Prendre le second bocal en verre (le plus petit) sans couvercle et le peser. Bien noter son poids vide. Cette fois j’ai utilisé le bocal en verre le parfait de 500-535 ml, (poids vide 305 g).
Rincer le bocal N°2 à l’eau de source.
Retirer l’essuie-tout et l’élastique de surveillance du niveau sur le bocal N°1.
Si une grosse croute s’est formée sur le dessus, après l’avoir retirée délicatement, la mettre à la poubelle.
Rincer la maryse à l’eau de source et s’en servir pour bien remuer le levain du bocal N°1.
Poser le bocal N°2 vide sur une balance et faire la tare (le poids doit être à 0 bocal compris). Verser dans ce bocal 50g de levain prélevé dans le bocal N°1. Jeter à la poubelle le levain restant dans le bocal N°1.
Faire un rafraîchi : ajouter dans le bocal N°2 : 50g d’eau de source + 50g de farine de seigle bio T170.
Bien mélanger à la maryse, racler les parois et essayer d’étaler au mieux pour bien voir le niveau à travers le bocal. Mettre un élastique autour du bocal à hauteur du levain pour bien repérer le niveau.
Poser sur le bocal une feuille de papier essuie-tout et la maintenir avec un élastique.
Placer ce bocal dans une pièce sans courant d’air et dont la température se situe entre 22 et 25°.

En 24h (peut-être moins), le levain doublera de volume par rapport au niveau de l’élastique.  

Etape 5 et suivantes :
Il faut rafraîchir voter levain.

Le but est de garder 50g de levain et de rajouter le même poids en farine de seigle T170 et en eau de source.
Additionner 50 au poids de votre bocal vide sans couvercle pour connaitre le poids de votre bocal contenant 50g de levain. Le mien faisait 305g donc il doit peser 355g s’il contient 50g de levain.
Retirer l’essuie-tout et l’élastique de surveillance du niveau sur le bocal. Si une grosse croute s’ést formée sur le dessus, après l’avoir retirée délicatement, mettez la à la poubelle.
Rincer la maryse à l’eau de source et s’en servir pour bien remuer le levain. Mettre la balance à 0 et poser le bocal contenant le levain. Retirer du levain de votre bocal jusqu’a ce que le poids affiché sur la balance soit le poids de votre bocal vide + 50. Jeter à la poubelle le levain retiré.
Ajouter dans le bocal 50g d’eau de source + 50g de farine de seigle bio T170.
Bien mélanger à la maryse, racler les parois et essayer d’étaler au mieux pour bien voir le niveau à travers le bocal. Mettre un élastique autour du bocal à hauteur du levain pour bien repérer le niveau.
Poser sur le bocal une feuille de papier essuie-tout et la maintenir avec un élastique.
Placer ce bocal dans une pièce sans courant d’air et dont la température se situe entre 22 et 25°.

Répétez cette opération plusieurs jours de suite jusqu’à ce que votre levain soit bien dynamique : il doit doubler de volume très rapidement après l’avoir rafraîchi, il doit être mousseux, aéré et doit avoir une odeur agréable. Il est alors appelé « levain-chef ».
Si toutes les conditions sont réunies et que les conseils sont bien appliqués, en quelques jours il devient dynamique et suffisamment mur pour faire du pain.

Conservation du « levain-chef » :

Il existe 2 possibilités :
Vous faites du pain souvent :
Dans ce cas, laisser votre « levain-chef » à température ambiante mais il doit être rafraîchi plusieurs fois par semaine pour ne pas stopper la fermentation.

Vous faites du pain de façon occasionnelle :
Une fois bien dynamique, placer votre « levain-chef » au réfrigérateur. Il peut y rester sans soin durant 3 semaines maximum. Mais, même au réfrigérateur, il est important de le rafraîchir de temps en temps pour ne pas stopper la fermentation. Le sortir du réfrigérateur et attendre qu’il revienne à température ambiante. Puis rafraîchissez-le de la même façon que l’étape 5.

Le levain jeté durant les rafraîchis, peuvent être utilisés (pour éviter le gaspillage) dans des recettes de crêpes ou pancakes dans lesquelles on utilise ce levain mais je n’ai pour le moment pas étudié ceci. Je mettrai cet article à jour quand j’aurai fait quelques recherches et essais. 

Panification : Création d’un « levain-tout-point » :

Cette étape peut demander 8 à 24h. Prévoir ce délai dans la réalisation de votre pain. En vue d’une panification, il est important de rafraîchir le « levain-chef » pour concentrer sa teneur en micro-organismes. Le levain pour la panification doit être tout frais. S’il sent fort après le premier rafraîchi, n’hésitez pas à faire plusieurs rafraîchis successifs.
En général, les recettes de pain nécessitent 150g de « levain-tout-point » pour 500g de farine.
Si le bocal contenant le levain était en attente au réfrigérateur, le sortir et attendre qu’il soit à température ambiante avant de faire quoi que ce soit.

Puis, retirer l’essuie-tout et l’élastique de surveillance du niveau sur le bocal. Si une grosse croute s’est formée sur le dessus, après l’avoir retirée délicatement, mettez-la à la poubelle.
Rincer la maryse à l’eau de source et s’en servir pour bien remuer le levain.
Rincer un grand bocal en verre transparent vide de 750ml à 1000ml (utilisé à l’étape 1) à l’eau de source, puis le poser sur la balance.
Pour obtenir 150g de « levain-tout-point » : verser le levain dans ce grand bocal vide jusqu’à ce que la balance affiche 70g. (Le levain restant dans le petit bocal peut servir à faire des crêpes ou autres réalisations, plutôt que de le mettre à la poubelle, mais je n’ai pour le moment pas encore de recettes à vous communiquer. Pour le moment, plutôt que de jeter, je le rafraîchi et l’offre à mon entourage en tant que « levain-chef » ).
Ajouter dans le bocal 70g d’eau de source + 70g de farine de seigle bio T170.
Bien mélanger à la maryse, racler les parois et essayer d’étaler au mieux pour bien voir le niveau à travers le bocal. Mettre un élastique autour du bocal à hauteur du levain pour bien repérer le niveau.
Poser sur le bocal une feuille de papier essuie-tout et la maintenir avec un élastique.
Placer ce bocal dans une pièce sans courant d’air et dont la température se situe entre 22 et 25°.

Dès que le levain aura doublé de volume, il sera prêt pour la panification. Un levain prêt pour la panification est appelé « levain-tout-point ».
Prélevez 150g de levain pour l’utiliser immédiatement dans la panification et remettre le levain restant dans un bocal en verre transparent plus petit (500ml environ), propre et préalablement rincé à l’eau de source. Il devient votre nouveau « levain-chef ».
En fonction de son usage à venir, se référer au paragraphe « conservation du levain ». 

Continue Reading

Citrons confits au sel

En 3 semaines de patience vous obtiendrez de délicieux citrons confits au sel. Ces aides culinaires « fait maison » font parties des grosses économies que vous pouvez faire dans votre panier de courses. Vous serez certains de la qualité de vos citrons et vous obtiendrez un produit sans conservateurs, ni correcteurs d’acidité ni sulfites ajoutés.
Les citrons confits maison se conservent plusieurs mois dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

Il est important de choisir les citrons issus de l’agriculture biologique car pour réaliser des plats aux délicieuses saveurs marocaines, vous n’utiliserez que lécorce du citron confit, la pulpe donne une amertume peu agréable.

J’avais envie d’en réaliser depuis bien longtemps et c’est grâce à la recette du magazine Saveurs N° 261 que je me suis lancée. Toutes les recettes sont à peu près semblables. Ici elle était bien expliquée, c’est la raison pour laquelle j’ai sauté le pas.

Vous pourrez les utiliser quelques semaines plus tard dans un traditionnel marocain comme le tajine poulet-citron mais également dans des recettes un peu plus originales : houmous ou rillettes de maquereaux au citron confit, samoussas de crevette et citrons confits, côtes de porc aux citrons confits, des légumes rôtis aux saveurs orientales et simplement dans des papillotes de poissons …. Je n’ai pas encore essayé ces recette qui me mettent toutes l’eau à la bouche mais vous les trouverez sur le blog de Cerise sur le maillot.

Dans un grand saladier : 6 citrons bio lavés (frotter leur pot avec une brosse à légumes sous l’eau). Verser dessus une grande quantité d’eau bouillante. Laissez reposer 6 heures. J’ai mis un poids pour éviter que les citrons ne remontent à la surface.

Entailler profondément chaque citrons ramollis (comme sur la photo) et les garnir généreusement de gros sel gris non raffiné et non traité (environ 500g pour 6 citrons). Bien tasser le sel dans les citrons.

Placer les citrons dans un bocal en verre hermétique en les tassant bien et fermer le bocal.  J’ai utilisé au départ un bocal de 1 litre.
Pendant une semaine, laissez le bocal sur le plan de travail de la cuisine et à chaque fois que vous passez devant, secouer délicatement le bocal pour bien répartir le jus. Si vous voyez que les citrons sont plus au large, au fur et à mesure, mettez les dans un bocal plus petit en les tassant bien à chaque fois, sans oublier de transvaser aussi le sel et le jus. Au bout d’une semaine, les citrons rentraient dans un bocal de 675 ml.

A la fin de la semaine, si vous avez l’impression que les citrons n’ont pas rendu assez de jus, allongez avec un peu d’eau.

Versez 1 cm d’huile d’olive sur le dessus pour la conservation. Refermer le bocal. Laissez les citrons macérer encore 2 semaines sans y toucher.

Vous pouvez les conserver plusieurs mois dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

 

 

Continue Reading

Ail confit

Pourquoi ne pas « profiter » de ce confinement pour réaliser tout ce dont on n’a jamais le temps de faire ?
C’est ce que j’ai fait en réalisant ce matin de l’ail confit. C’est une recette que je fais depuis 2017 environ et qui me sert souvent. 
J’essaie d’en avoir toujours au réfrigérateur. Je peux m’en servir pour accompagner de la viande comme une épaule d’agneau, une côte de boeuf, une pintade rôtie, mais je peux m’en servir en tartinade également sur un délicieux pain au levain à la farine intégrale.
Il m’arrive aussi lorsque je suis invitée de porter un petit bocal, en général cela fait toujours plaisir. 

C’est une recette tirée de l’espace recette Thermomix mais en aucun cas vous avez besoin de ce robot pour la réaliser. L’ail confit est très facile à faire et peut tout à fait être fait dans une cocotte en fonte ou même une casserole. Il suffit de laisser mijoter tous les ingrédients pendant 45 minutes, en surveillant mais sans avoir à rester devant pour mélanger.
Contrairement à ce qui est spécifié dans la recette originale, je ne stérilise pas mes bocaux donc je les conserve au frigo et en général ils partent très vite. 

Concernant l’huile d’olive utilisée pour cette recette, je suis face à un dilemme.
D’abord, je vous conseille d’utiliser une huile d’olive vierge et obtenue par pression à froid, si possible bio. Dites vous toujours que si les mentions « vierge » et « pression à froid » ne figurent pas sur l’emballage c’est que cette huile a été obtenue à l’aide de solvants chimiques et par la chaleur. Elle n’est donc plus interessante et peut même être nocive. Lorsque les huiles végétales polyinsaturées sont soumises à de hautes températures ou à d’autres procédés comme l’hydrogénation, les acides gras de l’huile se transforment et deviennent des acides gras Trans, nuisibles à la Santé. Ces acides gras Trans conduisent à la résistance des cellules à l’insuline, favorisent l’inflammation, et augmentent le risque cardio-vasculaire.

Mais d’un autre côté, je ne vous recommande aussi de ne pas de vous servir de cette huile qui aura cuit. 
Même si, dans cette recette la température de cuisson est considérée comme basse à 100°, l’huile d’olive n’est cependant pas faite pour être chauffée. De part sa forte teneur en acides gras monoinsaturés et faible teneur en polyinsaturés, c’est en assaisonnement qu’elle est idéale. Mais elle peut être utilisée aussi sur des préparations tièdes : soupes, poireaux vinaigrettes … En tout cas, il est préférable de ne pas la monter en température.

Voilà mon problème : je vous conseille une huile de qualité, qui ne sera quand même pas faite pour être utilisée… 

Je vous partage quand même la recette car cet ail confit est vraiment délicieux. Pour vous donner une idée, le bocal que vous voyez sur la photo contient 8 têtes d’ail.

Dans une cocotte en fonte : gousses d’ail en chemise (sans les éplucher) de 4 têtes d’ail + 10 g de gros sel + 10 baies roses + 10 graines de poivre + 2 brins de romarin + 2 branches de thym . Recouvrir le tout d’huile d’olive.

Laisser mijoter à 100° pendant 45 minutes. 

Laisser refroidir avant de mettre dans des bocaux et au frigo. 

 

Au Thermomix : 
Dans le bol : gousses d’ail en chemise (sans les éplucher) de 4 têtes d’ail + 10 g de gros sel + 10 baies roses + 10 graines de poivre + 2 brins de romarin + 2 branches de thym . Recouvrir le tout d’huile d’olive.
45 Min / 100° / Vitesse Spatule.

Continue Reading

Bouillon cube : légumes, volaille ou viande

C’est LA recette qui, il y a 2 ans, m’avait fait acheter le Thermomix ! Oui cela peut paraître une dépense énorme pour ça, mais c’est plutôt l’idée du 100% fait-maison, sans sucres, sans conservateurs ni additifs qui m’avait séduite.
Quand on analyse la liste des ingrédients des petits cubes du commerce, même bio, les faire maison prend tout son sens. Cette analyse est d’ailleurs consultable en cliquant ici.

Et cerise sur le gâteau avec cette recette : cela permet d’avoir des bouillons cubes réalisés avec des légumes de saison. Leur goût est donc différent tout au longue l’année.
On obtient des cubes plein de saveurs qui donnent un parfum incomparable aux plats. Plus on met des champignons, plus le goût sera prononcé.

Dans la recette originale Cookidoo pour Thermomix, la quantité de sel est énorme car celui-ci sert de conservateur pour pouvoir garder la pâte obtenue plusieurs mois au frigo. Je préfère diminuer considérablement la quantité de sel et garder les cubes au congélateur. Le plus simple est d’utiliser des bacs à glaçons. 1 cube équivaut alors à 1 glaçon et sert à réaliser un bouillon de 500 ml environ.

Bouillon cube aux légumes :

Dans une grande sauteuse : 1 cuillère à soupe d’huile d’olive + 650g de légumes coupés en brunoise (céleri, carottes, champignons de Paris, courgettes, courge, poireaux …) + 100g de tomates fraiches coupées en morceaux (ou concassées en conserve si ce n’est pas la saison) + 100g d’oignons émincés + 1 gousse d’ail écrasée.
Faire revenir.

+ 1 cuillère à soupe de sel + Poivre + 30g de vin blanc sec + eau à hauteur des légumes + 1 feuille de laurier déshydraté  + 6 brins d’herbes aromatiques fraiches ou congelées hachées (basilic, sauge, romarin, thym …) + 4 brins de persil frais ou congelés hachés.
Laisser mijoter 30 minutes à feu doux.

Laisser refroidir puis mixer le tout au blender.

Remplir des bacs à glaçons et placer au congélateur.

Au Thermomix :
650g de légumes (céleri,  carottes, champignons de Paris, courgettes, courge, poireaux …) + 100g de tomates fraiches coupées en morceaux (ou concassées en conserve si ce n’est pas la saison) + 100g d’oignons + 1 gousse d’ail + 1 feuille de laurier déshydraté  + 6 brins d’herbes aromatiques fraiches  ou congelées (basilic, sauge, romarin, thym …) + 4 brins de persil frais ou congelés.
10 Sec / Vit 7 en s’aidant de la spatule

+ 1 cuillère à soupe de sel + Poivre + 30g de vin blanc sec + 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
30 Min / Varoma / vit 2 en remplaçant le gobelet doseur par le panier cuisson sur le  couvercle du bol.
Remettre le gobelet doseur  et mixer 1 minute en démarrant vitesse 4 et jusqu’à vitesse 7.

Laisser refroidir puis remplir des bacs à glaçons et placer au congélateur.

 

Bouillon cube à la volaille :

Dans un mixeur: 300g de viande de poulet sans peau, désossée et sans nerfs. Bien mixer.

Dans une grande sauteuse : 1 cuillère à soupe d’huile d’olive + 200g de légumes coupés en brunoise (céleri,  carottes, champignons de Paris, courgettes, tomates, courge, poireaux, oignons, ail …).
Faire revenir.Dans le bol

+ 1 cuillère à soupe de sel + Poivre + 100g de vin blanc sec + eau à hauteur des légumes + 1 feuille de laurier déshydraté  + 4 brins d’herbes aromatiques fraiches ou congelées hachées (persil, basilic, sauge, romarin, thym …) + 1 clou de girofle + 5 graines de coriandre.
Laisser mijoter 25 minutes à feu doux.

Laisser refroidir puis mixer le tout au blender.

Remplir des bacs à glaçons et placer au congélateur.

Au Thermomix :
Dans le bol : 300g de viande de poulet sans peau, désossée et sans nerfs. 5 Sec / Vit 7. Réserver.

Dans le bol : 200g de légumes (céleri, carottes, champignons de Paris, courgettes, tomates, courge, poireaux, oignons, ail …)+ 4 brins d’herbes aromatiques fraiches ou congelées (persil, basilic, sauge, romarin, thym …).
10 Sec / Vit 5 en s’aidant de la spatule

+ 1 cuillère à soupe de sel + Poivre + 100 g de vin blanc sec + 1 cuillère à soupe d’huile d’olive  + 1 feuille de laurier déshydraté + 1 clou de girofle + 5 graines de coriandre + poulet haché.
25 Min / Varoma / vit 2 en remplaçant le gobelet doseur par le panier cuisson sur le  couvercle du bol.
Remettre le gobelet doseur  et mixer 1 minute en démarrant vitesse 4 et jusqu’à vitesse 7.

Laisser refroidir puis remplir des bacs à glaçons et placer au congélateur.

 

Bouillon cube de viande :

Dans un mixeur: 300g de viande dénervée et coupée en morceaux. Bien mixer.

Dans une grande sauteuse : 1 cuillère à soupe d’huile d’olive + 300g de légumes de saison coupés en brunoise (céleri,  carottes, champignons de Paris, courgettes, tomates, courge, poireaux, oignons, …) + 1 gousse d’ail écrasée.
Faire revenir.Dans le bol

+ 1 cuillère à soupe de sel + Poivre + 30g de vin rouge + eau à hauteur des légumes + 1 feuille de laurier déshydraté  + 4 brins d’herbes aromatiques fraiches ou congelées hachées (persil, basilic, sauge, romarin, thym …) + 1 clou de girofle + viande hachée.
Laisser mijoter 20 minutes à feu doux.

Laisser refroidir puis mixer le tout au blender.

Remplir des bacs à glaçons et placer au congélateur.

Au Thermomix :
Dans le bol : 300g de viande dénervée et coupée en morceaux. 10 Sec / Vit 7. Réserver.

+ 300g de légumes (céleri, carottes, champignons de Paris, courgettes, tomates, courge, poireaux, oignons,…) + 1 gousse d’ail + 4 brins d’herbes aromatiques fraiches ou congelées (persil, basilic, sauge, romarin, thym …).
10 Sec / Vit 5 en s’aidant de la spatule

+ 1 cuillère à soupe de sel + Poivre + 30 g de vin blanc sec + 1 cuillère à soupe d’huile d’olive + 1 feuille de laurier déshydraté + 1 clou de girofle.
20 Min / Varoma / vit 2 en remplaçant le gobelet doseur par le panier cuisson sur le  couvercle du bol.
Remettre le gobelet doseur  et mixer 1 minute en démarrant vitesse 4 et jusqu’à vitesse 7.

Laisser refroidir puis remplir des bacs à glaçons et placer au congélateur.

 

 

Continue Reading