Pudding de Chia

Les graines de Chia sont riche en Oméga 3, fibres, calcium et magnésium. Même si, suivant les études, il est plutôt conseillé de les moudre pour en tirer tous les bénéfices (comme les graines de lin d’ailleurs), ce dessert nous tentera par sa fraicheur, la douceur du lait de coco, l’acidité et ou le côté suave du fruit en fonction de celui choisi et sa simplicité de réalisation (1 seul geste!). Il est adaptable toute l’année, du moment qu’on choisit un fruit de saison pour l’accompagner. Personnellement je l’adore avec du coulis de mangue maison ou des fruits de la passion, framboises ou fraises délicatement déposés dessus.
Seul bémol, il ne faut pas avoir envie de ce dessert à la dernière minute, les graines de chia gonflent en au moins 4 heures. Il faut donc penser à le faire bien à l’avance.
Avantage encore, et pas des moindre, grâce à l’ajout de fruit (frais ou en coulis), il est inutile de sucrer la préparation.

C’est donc un dessert hyper simple à cuisiner, sans cuissonsans sucre ajouté, à indice glycémique bas, sans lactose et sans gluten. Je pense que vous allez adorer et pourrez contenter l’ensemble de la famille et des amis!

Les proportions sont données pour 4 à 5 personnes mais celle-ci peut être divisée en 2.
Voici la recette de base mais celle-ci peut être déclinée à l’infini : nature, avec des fruits frais, avec un coulis de fruits ou encore en réalisant au préalable une boisson végétale sans sucre ajouté mixée avec des fruits. Cette dernière idée a été donnée par Yummix dans son dernier livre Simple & Healthy au thermo-robot et je dois dire que j’adore ! C’est la raison pour laquelle je vous explique plus bas comment faire.


Dans un saladier : 500g de lait de coco (ou boisson végétale sans sucre ajouté au choix) + 80g de graines de chia.
Ensuite variez les saveurs en fonction de vos goûts et de ce que vous avez dans vos placards : 1 pincée de vanille en poudre ou extrait liquide, cannelle, Tonka, mélanges d’épices…

Bien mélanger. Il peut être possible de rajouter un peu de miel d’acacia ou de sirop d’agave bio pour ceux qui le souhaitent. Attention toutefois de ne pas trop en mettre car les fruits choisis pour accompagner pourront également jouer le rôle de sucrant.
Puis répartir la préparation dans les contenants de votre choix. Pensez à ne pas les remplir jusqu’en haut afin d’avoir la place de rajouter le topping le moment venu (au moins 4 heures plus tard) : fruits frais posés dessus à varier en fonction des saisons, et / ou nappés d’un coulis de fruits ou d’une purée onctueuse d’oléagineux …. ou rien …
Laisser au réfrigérateur au moins 4 heures. 

Au Thermomix : mettre la boisson végétale, le chia, la vanille et les éventuelles épices ou sucre dans le bol et lancer 10 sec / Sens Inverse / Vit 3.

Pudding de chia – coco – mangue fraîche – coco râpée
Pudding de chia – coco – cerises – purée de pistaches
Pudding de chia – coco – abricots – purée de noisettes

 

 

 

 

 

 

 

Version boisson végétale aux fruits :

 

Avant de mélanger la boisson végétale choisie aux graines de chia, mixer au blender 200g de fruits de votre choix frais ou encore congelés (ici myrtilles) à la boisson végétale sans sucre ajouté. Le résultat doit être bien lisse. 
Puis reprendre la recette en bien mélangeant les graines de chia et les éventuelles épices à la boisson végétale aux fruits ainsi obtenue.

Continue Reading

Clafoutis ig bas

Le clafoutis est un dessert habituellement très gourmand et à indice glycémique élevé, parfois même très élevé en raison de la quantité de farine et de sucre. Mais ceci était jusqu’à ce que Megalowfood publie une recette de clafoutis pommes-cerises à indice glycémique très bas. Sa base de clafoutis est devenue la mienne (à peine adaptée) et je n’hésite pas à le réaliser avec n’importe quel fruit de saison, dont vous trouverez la liste en cliquant ici. L’astuce étant d’utiliser de la farine d’orge mondée, de la purée d’amande, et du miel d’acacia. Le résultat reste gourmand et pourtant vraiment très léger.

Un clafoutis peut être interessant au petit déjeuner ou lors d’une collation. Si l’on choisi l’option boisson végétale et non lait, il conviendra parfaitement à une alimentation sans lactose. En revanche, attention, en raison de la farine d’orge mondée, ce clafoutis contient du gluten.

Nous sommes en Juin et la rhubarbe se trouve sur les étals du marché, et ce pour encore un petit mois alors il faut en profiter. A part par sa saveur très acide que certains redoutent, il n’y a aucune raison de se priver de la rhubarbe qui présente un ig  très bas (15). Dans ce blog, j’ai publié les recette de compote avec de la datte, de crumble rhubarbe-fraise, de tarte rustique. Je vous propose aujourd’hui la version clafoutis. Pensez à bien choisir les tiges : bien rosées, bien fraises et les extrémités fraichement coupées. Pour éplucher les tiges de rhubarbe, il suffit de couper une extrémité et de tirer délicatement les filaments sur toute la longueur.

Préchauffez le four à 180°.

Eplucher et couper en morceaux 600 à 700g de fruits et les disposer dans un plat à gratin préalablement graissée.

Dans un saladier : 4 oeufs + 30g de farine d’orge mondée + 3 belles cuillères à soupe de purée d’amande blanche + 3 cuillères de miel d’acacia d’un producteur local (ou de sirop d’agave) + 400 ml de lait (brebis, chèvre ou vache) ou de boisson végétale sans sucre ajouté + quelques gouttes d’extrait naturel ou pincée de poudre de vanille (ou autre épices de votre choix) +facultatif :  2 cuillères à soupe d’alcool choisi (rhum, kirch, liqueur de fruits …). Bien battre au batteur électrique pour éviter les grumeaux.

Verser sur les fruits pour les recouvrir.

Enfournez pour 30 à 40min suivant les fours. La pointe du couteau doit ressortir sèche.

Lorsque les fruits choisis sont très peu sucré, comme la rhubarbe ici, il peut être intéressant de saupoudrer légèrement de sucre de coco (ou de canne complet) à la sortie du four.

Il est préférable d’attendre qu’il refroidisse avant de la déguster.

J’ai trouvé une alliance incroyable entre la rhubarbe et le safran. Cela donne une saveur particulière au clafoutis mais qui a plu à tout le monde au goûter.
Je vous recommande vivement d’essayer pour un peu d’originalité sur vos tables. Il suffit de rajouter 1 à 2 pincée de safran (suivant vos goûts) dans l’appareil à clafoutis.

 

 

 

 

Continue Reading

Fraises rôties et Pesto sucré

Enorme merci à Alexandre Mazzia, chef doublement étoilé de Marseille pour cette recette. C’est là qu’on voit à quel point la touche d’un grand chef fait la différence. Toutes les saveurs se marient à merveille pour un résultat tellement original en bouche et même élégant. Dessert à la fois sans prétention mais grandiose aussi par l’explosion du basilic, du pamplemousse, et du citron mais immédiatement adoucie par la crème de fraises au mascarpone.

Rien à rajouter …. Essayez-le !

Préchauffer le four à 150°.

Fraises :
Déposer en couronne 25 fraises dans un plat à gratin. Au milieu déposer 2 cuillères à soupe de miel liquide d’acacia et le jus d’un citron. Enfourner pour 5 minutes.

Crème rose :
A la sortie du four, prendre 5 fraises rôties et les écraser à la fourchette dans un saladier + zeste du citron qui a servi à faire le jus + 2 cuillères à soupe bombée de mascarpone + 1 cuillère à soupe de miel liquide d’acacia. Déposer cette crème en fine couche dans des assiettes individuelles (un peu creuses).

Poser en couronne des fraises rôties dans les assiettes.

Pesto sucré :
Dans un bol : jus d’un pamplemousse + 20 ml d’huile d’olive + 1 cuillère à soupe de jus de citron + 1 cuillère à soupe de miel liquide d’acacia + 5 brins de basilic haché (en garder pour la déco) + 1/2 poignée de pignons de pin + 2 feuilles de coriandre hachée (facultatif).
Napper les fraises de ce pesto et en déposer une petite cuillère au centre, sur la crème de mascarpone.

 

Continue Reading

Blanc-Manger aux amandes (ou autres variantes)

La pénurie d’oeufs et farine commence à se faire sentir … Confinement oblige, gros challenge … Il fallait trouver des recettes de desserts et gourmands à indice glycérique bas, sans farine et sans oeuf. C’est chose faite et je rajoute même sans gluten et sans lactose (en fonction du lait ou boisson végétale choisie) !
Et comme ce n’est pas tout … vous passerez maximum 15 minutes dans la cuisine pour réaliser 6 Blanc-Manger individuel.
Et… Et… votre four sera disponible pour autre chose, car ce dessert ne nécessite pas de cuisson, juste une prise au réfrigérateur de quelques heures.

Vous vous demandez bien ce que cela peut être ? Et je rajouterai même à la description ci-dessus… tellement beau ! J’arrête le suspens et je vous présente le blanc-manger aux fruits de la passion. Le blanc-manger est un cousin de la panna cotta qui, elle, est réalisée à base de crème.
Pour réaliser cette recette, que j’ai trouvé sur la plateforme Cookidoo de Thermomix sous le nom de Blanc-manger aux fruits de la passion,  il vous faudra de la poudre d’amandes, du lait (animal ou boisson végétale), du miel, de l’agar-agar, de la vanille. La recette Cookidoo se réalise avec du sucre, que j’ai bien sur remplacé par du miel d’acacia d’un producteur local pour obtenir un entremet à indice glycémique bas. Je prévois 70g de miel mais cette quantité sera à adapter à vos goûts bien entendu mais aussi au goût sucré des fruits de nappage. 

Il faudra cependant bien choisir le miel. Le miel est un véritable trésor de la nature. Il a un indice glycémique moyen (IG=55) mais apporte des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des antioxydants et autres substances aromatiques dont on ne connait peut-être pas encore toutes les vertus sur l’organisme. Il est constitué de différents sucres mais plus il est riche en fructose, plus il est liquide et son indice glycémique sera donc plus bas, c’est le cas du miel d’acacia. À l’inverse, plus il est riche en glucose, plus il a tendance à se cristalliser et son ig sera plus élevé. Le pouvoir sucrant du miel est 1,3 fois plus élevé que celui du saccharose, il peut donc être utilise en pâtisseries pour s’économiser 192 calories (100g de sucre peuvent être remplacés par 65g de miel). Il est important de choisir un vrai miel artisanal local, au risque de se retrouver avec une sorte de « faux miel », cet aliment faisant souvent l’objet de fraudes notamment par ajout de sucre, le dénaturant complètement en le transformant en bombe glycémique (par l’ajout de sirops de sucre néfastes à la Santé). Une législation dans l’étiquetage devrait être imposer prochainement.

Le plus difficile dans cette recette sera d’attendre 2 bonnes heures que les blanc-manger se figent au réfrigérateur … Petit conseil personnel, les sortir un peu avant du réfrigérateur pour ne pas les déguster glacés.

Ces blanc-manger sont réalisés avec des amandes comme oléagineux mais vous pouvez faire varier les plaisirs en fonction des allergies, de vos goûts et de ce que vous avez dans vos placards : cajou, noisettes … 
J’ai tenté la version 100% coco qui fonctionne très bien (coco râpé, lait de coco, miel, agar-agar dans les mêmes proportions que pour la version amande). Personnellement je mixerai un peu plus fort ou plus longtemps pour moins sentir la texture de la coco râpée.

La version grand moule familial est possible et le résultat est sublime aussi. Dans ce cas, il est peut-être nécessaire de doubler les doses en fonction de votre moule et donc de laisser un temps de prise au réfrigérateur plus important.

Dans un mixeur / blender : 125g de poudre d’amande + 500g de lait (vache, brebis ou chèvre) ou de boisson végétale + 2,5g d‘agar-agar (4g d’agar-agar si utilisation de boisson végétale autre que lait de coco) + 70g de miel (moins si les fruits de nappage ont une goût très sucré) +  quelques graines de poudre de vanille (facultatif).
Bien mixer.
Faire chauffer dans une casserole 10 minutes environ. Arrêter juste avant l’ébullition.

Verser la préparation dans des moules en silicone individuels.

Réserver 2 heures au réfrigérateur avant de servir avec des fruits frais ou en coulis.

Petit conseil personnel, les sortir un peu avant du réfrigérateur pour ne pas les déguster glacés

Au Thermomix :
Dans le bol : 125g de poudre d’amande + 70g de miel (moins si les fruits de nappage ont une goût très sucré) + 500g de lait (vache, brebis ou chèvre) ou de boisson végétale + 2,5g d’agar-agar (4g d’agar-agar si utilisation de boisson végétale autre que lait de coco) + quelques graines de poudre de vanille (facultatif). 15 Sec / Vit 7 puis 10 Min / 98° / Vit 3.
Si jamais vous n’avez pas de poudre d’amande, vous pouvez mixer 100g d’amandes émondées  10 Sec / Vit 10.
Verser la préparation dans des moules en silicone.
Réserver 2 heures au réfrigérateur avant de servir avec des fruits frais ou en coulis.
Petit conseil personnel, les sortir un peu avant du réfrigérateur pour ne pas les déguster glacés.

Continue Reading

Pâte sablée (ig bas)

Je vous ai déjà parlé de pâte sablée dans les recettes de tartes aux fruits rustiques (accès en cliquant ici).

Cet article regroupe  2 versions de la pâte sablée à ig bas : une version 100% végétale (mais avec gluten) et une autre version avec oeuf et beurre mais dont l’indice glycérique est encore un peu plus bas de part la farine d’orge mondée dont l’ig est de 30. On a moins de scrupule à y mettre par exemple une crème pâtissière pour réaliser une tarte aux fraises. Cette pâte contient donc du lactose et du gluten.

Les proportions de la pâte sablée version oeuf et beurre sont assez importantes et il vous sera difficile de diviser un oeuf en 2 donc je vous conseille de la couper en 2 boules et d’en mettre une au congélateur pour un prochain goûter.


Version Oeuf  & Beurre :

Dans un grand saladier (dans cet ordre) : 215 g de farine d’orge mondé +  65 g de poudre d’amande + 50g de sucre de canne complet (ou sucre de coco) + 150 g de beurre doux mou coupé en morceaux  + 1 oeuf + 1 pincée de sel

Bien mélanger et faire une boule.

Mettre la boule de pâte au réfrigérateur pour minimum 30 minutes avant de l’étaler. Ce sera plus facile.

Pour l’étaler : n’hésitez pas à bien fariner le plan de travail ou à mettre la boule entre 2 feuilles de papier cuisson. Poudre la rendre bien fine, utilisez un rouleau à pâtisserie, en partant bien du centre vers les bords.

Si vous devez cuire à blanc cette pâte, il est interessant de la placer au frigo une fois étalée et mise dans le moule à tarte afin qu’elle ne se rétracte pas à la cuisson.
Pour cuire à blanc : la recouvrir d’un papier de cuisson et poser dessus des billes de cuisson ou haricots secs. Enfourner à four chaud 180° pour 10 minutes puis 5 minutes de plus sans la feuille de cuisson pour que la pâte colore (ou plus en fonction des besoins).

 

Version 100% végétale :

Dans un bol: 120g de farine d’épeautre complète + 40g de poudre d’amandes + 20 à 30g de sucre de coco (en fonction du goût déjà sucré des fruits) + cannelle + poudre de vanille (facultatif).

Bien mélanger et faire un puits au milieu.

Ajouter dans le puits : 50g d’eau froide + 35g d’huile de coco fondue.

Bien mélanger jusqu’à former une boule. Etalez la sur le plan de travail fariné (ou directement sur un tapis silicone). Aplatir grossièrement  avec les mains la boule et la fariner sur le dessus. Continuer à la rendre bien fine avec le rouleau à pâtisserie, en partant bien du centre vers les bords.

Continue Reading

Sablés croquants Kasha

Dans son blog, Mercotte nous propose la recette des sablés croquants Kasha de Frederic Bau. Peut-être vous demandez-vous ce que peut être le Kasha. C’est tout simplement les graines de sarrasin décortiquées et grillées à la très légère saveur fumée.
Qui dit sarrasin dit « indice glycémique bas« . Il m’aura fallu très peu de modifications pour adapter cette recette à cette alimentation. 
La moitié de la farine utilisée dans la recette originale étant celle de sarrasin, il suffit simplement de remplacer la farine de blé raffinée par celle d’orge mondé.

Le sucre utilisé dans ma recette est le sucre de canne complet. Certes, il n’est pas à indice glycémique bas (70). Aucun sucre n’est parfait, le mieux est de se déshabituer du goût sucré au quotidien. D’après moi, pour les pâtisseries occasionnelles, il vaut mieux se tourner vers des sucres plus complets, plus naturels, au pouvoir sucrant plus élevé et d’en mettre nettement moins que ce que la recette préconise. Ainsi, dans cette recette qui nécessite 50g de sucre pour 25 sablés, cela représente 2g de sucre par sablés…. Probablement négligeable non ? Etant formée et tournée avant tout vers la Santé, je ne laisserai aucune place dans mes placards et dans mes recettes aux édulcorants. Si vous souhaitez comprendre pourquoi je vous laisse cliquer ici. Mais je laisse le soin à chacun de modifier le choix du sucrant en fonction de convictions et possibilités (présence d’un diabète).

Malgré la prédominance du sarrasin qui est naturellement sans gluten, ces sablés ne sont pas adaptés à une alimentation sans gluten du fait de la présence de la farine d’orge ondé.

Si vous n’avez pas ou ne trouvez pas en magasin du Kasha, vous pouvez le réaliser vous-même en grillant à sec à feu moyen dans une poêle des graines de sarrasin décortiquées. Il suffit de les remuer souvent jusqu’à obtenir une belle couleur brun doré. Laissez-les refroidir avant de les utiliser dans la recette.
Dans la cuve du robot muni d’un fouet plat ou dans un grand saladier : crémer 100 g de beurre doux + 100 g de beurre demi-sel (ou 200g de beurre doux si vous n’avez pas de beurre demi-sel) + 50 g de sucre de canne complet (ou  le sucrant de votre choix).
+ 180 g de farine d’orge mondé tamisée + 180 g de farine de sarrasin tamisée
+ 55 g de lait
Attention de ne pas trop travailler la pâte pour ne pas la rendre élastique.

+ 70 g de pépites de chocolat
+ 35 g de kasha

Diviser la pâte en deux, lui donner une forme de boudin. Envelopper les boudins dans du film alimentaire et les conserver 30 à 45 min au réfrigérateur. Préchauffer le four à 150°.Retirer le film et rouler le ou les boudins dans le sucre de canne complet. Découper des tranches d’environ 1cm d’épaisseur, les poser sur une plaque recouverte de papier cuisson et enfourner pendant environ  35 à 45 min. Les sablés refroidis se conservent dans une boîte hermétique.

Continue Reading

Gâteau de Savoie (version ig bas)

Mon arrière grand-mère Yvonne, était la reine du gâteau de Savoie. Malheureusement je n’ai pas pu récupérer sa recette. Je ne sais pas si elle provenait de la famille de son gendre, mon grand-père Paul, qui était haut savoyard.
Quoi qu’il en soit, à 2 reprises, j’ai pu retrouver exactement les mêmes saveurs et la même consistance moelleuse que le gâteau de Savoie de mon arrière grand-mère. Si un jour vous êtes de passage à Combloux (74) il faut absolument aller prendre un gâteau de Savoie à la boulangerie « Le Fournil ». Il est moelleux à souhait. Imaginez-vous le réconfort avec une bonne tasse de thé ou un chocolat chaud après une journée de ski ou une belle randonnée face au Mont Blanc. Mais si vous souhaitez le réaliser vous même, en suivant à la lettre la recette du « gâteau de Savoie ultra rapide » de Mercotte , vous y arriverez sans problème !

Le gâteau de Savoie accompagne très bien les « Tea Time« . Il est comparable à une génoise ultra moelleuse (il est très aérien de par l’incorporation délicate de blancs d’oeufs montés) et accompagné d’un zeste d’agrumes pour relever le goût. Il est naturellement sans lactose.

J’ai donc adapté cette recette pour qu’elle soit à indice glycérique bas.  Pendant le confinement, les « goûters réconforts » sont importants pour moi, mais un peu trop nombreux pour faire de la pâtisserie à indice glycémie haut chaque jours. Le citronnier dans le jardin m’a donné de beaux citrons et les zestes sont tellement parfumés qu’ils donnent une saveur exceptionnelle à ce gâteau.

Un moule spécifique est certes attaché au gâteau de Savoie mais il est réalisable dans n’importe quel moule et même des petits moules individuels en silicone. Il faudra juste adapter le temps de cuisson.

Pour adapter ce gâteau en version ig bas, il est nécessaire de modifier 3 ingrédients de la recette originale : farine, fécule et sucre.
Pour la farine, j’ai choisi celle d’orge mondée (contient du gluten) car elle me parait la moins « lourde » des farines à ig bas et nous avons besoin de légèreté pour ce gâteau.
Pour remplacer la fécule, j’utilise toujours la crème d’orge.
Concernant le sucre, j’ai utilisé du miel pour la confection du gâteau. Il y a énormément de fraude sur ce produit, faites attention de toujours choisir un miel d’acacia d’un producteur local. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce trésor de la nature, cliquez ici. Pour sucrer le moule dans la première étape, j’ai choisi le sucre de canne complet. Ce n’est pas un véritable sucre à ig bas mais cela représente une très petite quantité.

Beurrer le moule et le poudrer de sucre de canne complet (ou de coco), réserver au réfrigérateur.

Dans un grand saladier : 4 blancs d’oeufs. Battre au fouet électrique. Dès que la consistance devient mousseuse, ajouter 80g de miel liquide d’acacia.

Avant que les blancs soient « en neige », diminuer la vitesse du bateur.
Ajouter 4 jaunes d’oeufs  et battre 15 secondes.

Dans un bol : 40g de farine d’orge mondé tamisée + 40 de crème d’orge tamisée (farine précuite, sorte de fécule à ig bas). Verser en pluie la moitié de ce mélange. Les incorporer à la maryse.

Ajouter le zeste d’un citron bio râpé et mélanger délicatement à la maryse.

Ajouter la moitié restante du mélange farine / fécule. Les incorporer délicatement à la maryse.

Verser l’appareil obtenu dans le moule.

Enfourner pour 5 min à 230.

Baisser la température du four à 130°. Cuire 45/50 minutes.

Démouler sur une grille et laisser refroidir.

Continue Reading

Granola au chocolat

Etes vous fan du granola au petit déjeuner ? Ces petits rochers bien croustillants de muesli toasté au four. Le granola est certes un peu plus sucré que le muesli (simple mélange de flocons de céréales, d’oléagineux et de fruits secs ou frais) mais si sa réalisation est faite avec un miel d’acacia dont vous êtes sûr de la provenance et que sa consommation reste raisonnable, cela ne pose pas de soucis.
Vous retrouverez un article complet sur le petit déjeuner en cliquant ici.
Yummix, blogueuse référence de la cuisine saine au Thermomix, m’a déjà inspiré pour le Granola à la banane (dont vous trouverez la recette en cliquant ici) mais aujourd’hui c’est en parcourant à nouveau son premier livre « Mes basiques et mes Hits« , que j’ai eu envie de vous partager la recette du granola au chocolat. J’ai supprimé l’ajout de raisins secs qui ne sont pas véritablement à indice glycérique bas.
Je vous livre la recette de Yummix, mais si vous possédez un Thermomix,  je vous conseille vivement ses 2 ouvrages. Ce sont des bibles dans lesquelles vous pourrez puiser vos inspirations souvent « healthy » pour vos petits-déjeuners, goûters, déjeuners, diners, apéritifs et même cocktails …
Je ne reviendrais pas sur le fait que les granola du commerce sont en général hyper sucré, vous vous en doutez. La recette est pourtant très rapide et simple, il serait dommage de vous passer d’un délicieux granola fait-maison à indice glycémique bas. Vous aurez cependant besoin d’un four et d’un robot ménager puisant, ainsi que plaque de cuisson et casserole si votre robot n’a pas la fonction « cuisson ».
Sans compter que les procédés de cuisson des granola du commerce se font à très haute température, générant de l’acrylamdyde, composé chimique toxique.
Je me répète dès que je parle du miel mais il est primordial de le choisir non seulement d’acacia, mais aussi provenant d’un producteur local ce qui permet d’avoir un indice glycémique bas. Le miel est un véritable trésor de la nature. Il a un indice glycémique moyen (IG=55) mais apporte des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des antioxydants et autres substances aromatiques dont on ne connait peut-être pas encore toutes les vertus sur l’organisme. Il est constitué de différents sucres mais plus il est riche en fructose, plus il est liquide et son indice glycémique sera donc plus bas, c’est le cas du miel d’acacia (ig=32). À l’inverse, plus il est riche en glucose, plus il a tendance à se cristalliser et son ig sera plus élevé. Le pouvoir sucrant du miel est 1,3 fois plus élevé que celui du saccharose, il peut donc être utilise en pâtisseries pour s’économiser 192 calories (100g de sucre peuvent être remplacés par 65g de miel). Il est important de choisir un vrai miel artisanal local, au risque de se retrouver avec une sorte de « faux miel », cet aliment faisant souvent l’objet de fraudes notamment par ajout de sucre, le dénaturant complètement en le transformant en bombe glycémique (par l’ajout de sirops de sucre néfastes à la Santé). Une législation dans l’étiquetage devrait être imposer prochainement.
N’hésitez pas à diversifier l’utilisation de ce granola : dans un yaourt de produits laitiers animaliers ou dans des boissons végétales, en topping de pudding de chia, pour réaliser un crumble sur une compote de pommes ou tout simplement à picorer nature … Et vous, vous l’aimez comment ?
Dans un gros saladier :  300g de flocons (sarrasin, quinoa, avoine, épeautre … en fonction des goûts et tolérance de chacun, sarrasin et quinoa étant sans gluten) + 20g de cacao 100% sans sucre ajouté + 80g de graines (tournesol, courge, sésame …)  + 1 pincée de fleur de sel + 1 cuillère à café d’extrait de vanille (facultatif). J’aime y ajouter aussi un peu de coco râpée.
Dans une casserole : 40g d’huile de coco bio ou de coco désodorisée à la vapeur d’eau + 100g de noisettes grossièrement concassées+ 75g de miel d’acacia. Faire chauffer quelques minutes à feu doux en remuant.
Verser cette préparation dans le saladier et bien remuer.
Etaler le mélange obtenu en 1 seule couche sur des plaques à four préalablement recouvertes de papier de cuisson ou bien propres et graissées.
Les mettre au four 15 minutes à 150° en chaleur tournante.
Puis bien mélanger le granola. Y ajouter 70g d’amandes. Enfourner à nouveau pour 10 minutes en surveillant. Le gronala doit être doré.
Dès la sortie du four, saupoudrer de 150 g de chocolat noir à 70% minimum préalablement râpé au robot. Bien mélanger et laisser refroidir.

Conserver le granola dans un contenant bien hermétique. Le consommer dans le mois.

 

Au thermomix :

Dans le bol : 150 g de chocolat noir à 70% minimum. 4 Sec / Vit 7. Réservez
Dans le bol : 100g de noisettes. 2 impulsions de Turbo de 0,5 Sec.
+ 40g d’huile de coco bio ou de coco désodorisée à la vapeur d’eau + 75g de miel d’acacia. 3 Min / 50° / Sens Inverse / Vit 2.
+ 300g de flocons (sarrasin, quinoa, avoine, épeautre … en fonction des goûts et tolérance de chacun, sarrasin et quinoa étant sans gluten) + 20g de cacao 100% sans sucre ajouté + 80g de graines (tournesol, courge, sésame …)  + 1 pincée de fleur de sel + 1 cuillère à café d’extrait de vanille (facultatif). J’aime y ajouter aussi un peu de coco râpée. 30 Sec / 50° / Sens Inverse / Spatule.
Etaler le mélange obtenu en 1 seule couche sur des plaques à four préalablement recouvertes de papier de cuisson ou bien propres et graissées.
Les mettre au four 15 minutes à 150° en chaleur tournante.
Puis bien mélanger le granola. Y ajouter 70g d’amandes. Enfourner à nouveau pour 10 minutes en surveillant. Le gronala doit être doré.
Dès la sortie du four, saupoudrer de 150 g de chocolat noir à 70% minimum préalablement râpé au robot. Bien mélanger et laisser refroidir.
Conserver le granola dans un contenant bien hermétique. Le consommer dans le mois.

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

Purée de cacahuètes, coco et protéines végétales

En pleines révisions du diplome universitaire de micronutrition je suis tombée sur Instagram sur une vidéo d’Amandine Lescuyer, @frenchfitnesslab (http://www.french-fitness-lab.com). En une demie seconde, je me suis levée de ma chaise et j’étais face à mon blender pour essayer ce peanut-coco butter riche en protéines végétales.
Ce n’était pas raisonnable car j’ai encore beaucoup à revoir avant l’exam qui approche à grand pas (20/12/19 !) mais avec ce temps pluvieux, j’ai senti qu’une petite collation de ce type pourrait m’aider !!!! Après tout : cacahuètes, coco, protéines végatales … cela ne peut faire que du bien.
Cela conviendra à tout le monde : sans lactose, sans gluten, végétarien, végan, sportifs … pour les personnes ayant besoin de booster leur taux de dopamine …

Résultat parfait en 3 minutes … allez disons 5 le temps de sortir les 3 ingrédients du placard. Je n’ai donc même pas perdu de temps.
J’ai choisi la version : yaourt de coco, pommes et poires cuites, chips de coco, et ce fameux beurre de cacahuètes ultra-protéiné. 

Mais à vrai dire, ce peanut butter peut accompagner tout ce que l’on souhaite : mélangé dans du yaourt, dans des fruits cuits, dans un pudding de chia, en tartinade sur du pain ou du banana braead et pourquoi pas en accompagnement d’un morceau de chocolat !

Par les ingrédients, cette purée est à indice glycémique bas et hyper riche en protéines par l’ajout de protéines végétales. 
Je suis très compliquée dans le choix de ces poudres de protéinées : j’essai de concilier l’origine biologique des ingrédients et l’absence de sucres et d’édulcorants … Ce n’est pas facile à trouver mais quelques marques font ça. Pour cette recette, j’ai choisi une poudre neutre (sans cacao, ni autre arômes) à base de protéines de riz, de chanvre et de pois, mais j’ai rajouté quelques gouttes d’extrait naturel de vanille.

Je ne vous en dis pas plus, il faut la tester au petit-déjeuner, au goûter en même en dessert. Si je dois vous avouer l’inconvénient majeur : il ne faut pas en abuser quand même ! 1 à 2 cuillères à café semble(nt) être un bon dosage ! Et pas toutes les 5 minutes !

Dans un blender puissant : 350g de cacahuètes grillées non salées + 100g de noix de coco râpée + 50g de poudre de protéines végétales + 1 pincée de sel + facultatif : arôme naturel de vanille (ou autre).

Mixer quelques minutes, en faisant des pauses régulières, jusqu’à obtenir la texture qui vous plait le plus.

 

Au thermomix : 1 minute 30 / Vit 6 puis 1 minute 30 / Vit 5.

Continue Reading

Chips de pommes

Je suis sûre que comme moi, vous adorerez ces chips de pommes. Elles font parties des collations saines : telles quelles à picorer au moment des collations, mais elles sont aussi agréables dans un yaourt (de lait animal ou végétal en fonction des goûts et tolérances). J’avoue, je les aime bien le soir aussi dans le canapé, devant un bon film ou une série !!!

Je n’ai pas grand chose à vous dire sur cette recette de part sa simplicité de réalisation. Vous aurez le choix d’y mettre les épices de votre choix : cannelle, poudre de vanille, mélange 4 épices …

Les pommes n’étant pas épluchées, je vous conseille de les choisir bio.

Inutile de vous préciser que ces chips sont sans gluten (fiez-vous cependant de certaines épices sui peuvent en contenir), sans lactose et végan.

Préchauffer le four à 90°.

Couper des rondelles de pommes, au couteau ou à la mandoline, assez fines (mais pas très fines), de la même épaisseur.

Placer les rondelles de pommes sur du papier sulfurisé sans qu’elles se superposent et les saupoudrer
d’épices de votre choix (cannelle, poudre de vanille, mélange 4 épices….) ou même rien si vous le souhaitez. S’il y a un peu trop d’épices à un endroit et pas assez à un autre, n’hésitez pas équilibrer directement avec le doigt ou le bord de la cuillère.

Enfourner et laisser cuire pendant une heure.

Au bout d’une heure, retourner les chips et laisser cuire une heure à nouveau.

Le temps de cuisson peut varier en fonction des fours et de l’épaisseur des pommes. Il parfois nécessaire de prolonger un peu la cuisson ou même jusqu’à une heure de plus en les retournant de temps en temps pour qu’elles soient bien croquantes.

Continue Reading