Poulpe grillé au paprika

La recette présentée ici est d’une simplicité absolue mais qui peut vite faire son effet et surtout nous régaler.

Il suffit d’acheter sous vide du poulpe cuit que l’on coupe en morceaux, on le présente dans un plat allant au four arrosé d’huile d’olive et de paprika. On enfourne en mode grill, et 10 minutes après on passe à table.

Les moins pressés pourront l’acheter cru chez le poissonnier et suivre minutieusement toutes les étapes de cuisson pour qu’il ne soit pas dur: laver le poulpe, le congeler, le plonger sans une casserole remplie d’eau et le laisser cuire 1 heure par kilo sur feu plutôt doux. Une fois le temps de cuisson atteint, le laisser refroidir dans son eau jusqu’à ce qu’il soit complètement froid.

La version « non indice glycémique bas » serait de le servir avec des pommes de terre. Personnellement, je trouve qu’il est délicieux avec, comme accompagnement, une bonne salade verte, des tomates et un pain de seigle au levain.

Continue Reading

Curry de Courgettes au lait de Coco

La courgette locale commence à arriver sur les étals et ce jusqu’à septembre. Par ses nombreuses vitamines et un apport calorique faible, il ne faut pas s’en priver. 

J’ai trouvé cette recette dans le magazine Healthy Food N°11. Elle m’a séduite tout de suite et ceci a été confirmé lors de sa réalisation et dégustation.
Plein de goûts et de saveurs différentes, cette recette change de la courgette vapeur à l’huile d’olive! On ne va pas s’en plaindre. Sa rapidité d’exécution (20 minutes) est un atout  supplémentaire pour le quotidien.

Dans une sauteuse ou un wok, faire revenir 10 minutes environ  600g de courgettes non épluchées mais coupées en dés + 2 oignons émincés et 2 cuillère à soupe d’huile de coco (ou olive). 

Ajouter 1 c. à café de gingembre + 1 c. à café de cumin + 1 c. à café de curcuma. Faire revenir encore 3 minutes.

Ajouter 20 cl de lait de coco, sel et poivre et poursuivre la cuisson 5 minutes.

Se déguste chaud.

Continue Reading

Compotée Fraises -Rhubarbe façon crumble

La saison de la rhubarbe est lancée et c’est tant mieux car elle fait partie des fruits à Indice Glycémique très bas (15). Il me restait une barquette de fraises également alors je me suis laissée tenter par une recette de Yummix (https://yummix.fr/crumble-fraise-rhubarbe-thermomix/ ) à laquelle j’ai apporté quelques modifications en la mixant avec d’autres recettes Yummix pour la rendre à un IG raisonnable ( https://yummix.fr/crumble-thermomix-pomme-framboise/ )

On aime également cette recette pour son côté léger, frais, sans lactose et vite réalisée (surtout si on possède le Thermomix).

Préchauffer le four à 180°

Le sable croustillant: Mixer dans un blender 25g de farine d’épeautre complète + 25g de son d’avoine + 25g de flocons d’avoine + 25g de noisettes + 35g d’huile de coco + 20g de sucre de coco
Étaler le sable sur une plaque et enfourner pour 20/25 minutes

La compote: réaliser une comporte avec 300g de fraises + 300g de rhubarbe coupée en tronçons + 40g de sucre de coco.

Présenter la compotée dans des verrines et parsemer de sable refroidi.

 

Version Thermomix:
Préchauffer le four à 180°.
Dans le bol: 25g de farine d’épeautre complète + 25g de son d’avoine + 25g de flocons d’avoine + 25g de noisettes + 35g d’huile de coco + 20g de sucre de coco.    5 Sec / Vit 7.
Étaler le sable sur une plaque et enfourner pour 20/25 minutes.
Dans le bol (sans le nettoyer): 300g de fraises + 300g de rhubarbe coupée en tronçons + 40g de sucre de coco.    25 Min / 90° / Vit 1.
Laisser refroidir la compote dans un saladier avec de dresser les verrines.

 

 

Continue Reading

Allier Santé et Cuisine!

Passionnée de cuisine depuis l’enfance, cela occupe une place très importante dans mon quotidien. J’aime aussi bien réfléchir à ce que je vais cuisiner, faire le marché et choisir mes produits, que préparer le repas, et enfin dresser la table. 

J’exerce le métier de chiropracteur, ce qui m’a amené à étudier la nutrition et voir à quel point celle-ci est essentielle dans le maintien d’une bonne Santé. Grâce à Angélique Houlbert et Thierry Souccar ( dont je recommande vivement la lecture de leurs ouvrages),  j’ai intégré à mon alimentation quotidienne la théorie de l’Indice Glycémique. Dans mon cabinet, je recommande énormément aux patients souffrant de douleurs articulaires et/ou musculaires ou souffrant de pathologies métaboliques d’adopter l’hygiène alimentaire de la « Meilleure Façon de Manger » de Houlbert et Souccar aux éditions Souccar. La majorité des articles publiés dans ce blog (hors recettes) sont des résumés que je réalise à partir de leurs livres ou du programme « https://www.mincir-naturellement.com » d’Angélique Houlbert et Julien Vernesson (que je conseilles aux personnes qui souhaitent perdre du poids de la meilleure manière). Ceci peut être une première approche mais rien ne vaut la lecture complète de leurs livres et du site www.lanutrition.fr.

Lorsque cela est fait de façon occasionnelle, il n’est pas interdit de cuisiner ce qui nous fait envie sans ce soucier des Indices Glycémiques. Mes recettes préférées sont également publiées ici. Cependant ce blog a pour but de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’attendre le week end pour avoir le temps de cuisiner et manger sain. Il est tout à fait possible de trouver, pour tous les jours, des recettes rapides et saines mais qui réveillent pourtant les papilles.

Je déniche des recettes dans des livres, magazines et sur internet, les teste puis les publie dans ce blog si je sens qu’elles correspondent à mes attentes: aucun produits transformés, légumes et fruits de saison si possible locaux et biologiques, des recettes sans sucres industriels ajoutés et peu de sucres naturels ajoutés, des recettes assez rapides et faciles, aux bonnes qualités nutritionnelles et surtout délicieuses pour contenter petits et grands.
Je suis fan du Thermomix et le recommande vivement lorsque l’on souhaite passer au 100% fait-maison. C’est vraiment un assistant formidable dans la cuisine. Cependant, les recettes publiées seront proposées avec ou sans Thermomix pour ne pas pénaliser ceux qui ne l’ont pas.

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter afin d’être informés des nouveaux articles publiés sur la Nutrition et la Santé mais aussi pour être au courant des dernières recettes trouvées et proposées. Il est possible de laisser des commentaires après les posts pour toutes vos remarques et questions. Je serais ravie de vous lire et d’y répondre. 

Audrey

Continue Reading

Adieu « sucres lents et rapides », bonjour « Indice Glycémique »

Nous avons tous entendu parler des glucides simples et complexes mais en réalité une fois digérés, tous les glucides se retrouvent sous forme de glucose dans le sang et provoquent un pic de glycémie 30 minutes après leur ingestion.

Seulement, l’amplitude de ce pic de glycémie est plus ou moins grande. Il dépend de l’indice glycémique de l’aliment.

L’indice glycémique (IG) d’un aliment contenant des glucides (au goût sucré ou non) permet de le classer en fonction de sa capacité à élever le taux de glucose dans le sang (glycémie), sur une échelle de 0 à 100.
Ainsi ces aliments glucidiques sont classés en 4 catégories:

  • IG Élevé (supérieur à 70): Ils font grimper subitement et fortement la glycémie et sont digérés rapidement.
  • IG Modéré (56 à 69): ils sont entre les deux
  • IG Bas (inférieur à 55): ils ont peu d’influence sur la glycémie et sont digérés lentement.
  • IG très Bas (inférieur à 20)

L’indice glycémique renseigne donc sur la qualité d’un glucide (capacité à élever le taux de glucose dans le sang).

Que se passe t-il dans le corps quand nous consommons des aliments glucidiques?

Quand nous mangeons du sucre ou des aliments qui sont transformés en sucre par la digestion (pain, pommes de terre, pâtes, riz…), le sucre sanguin s’élève. En réponse à cet afflux de sucre dans le sang, le pancréas fabrique de l’insuline conduisant les cellules à capter le sucre en excès. Une partie de ce sucre est utilisée pour produire de l’énergie et une autre est stockée au niveau du foie des des muscles (glycogène). Mais pendant que l’insuline stimule la combustion du glucose, elle empêche l’organisme de brûler ses graisses.

Lorsque l’alimentation est bien équilibrée (ig modéré) et qu’il y a un bon équilibre entre protéines, lipides et glucides,la quantité d’insuline sécrétée correspond exactement à la quantité nécessaire pour faire descendre le glucose présent dans le sang à un taux normal. MAIS lorsque la consommation en aliments qui font monter la glycémie (ig élevé) est fréquente et excessive, il s’en suit après chaque repas une forte sécrétion d’insuline. Ces pics d’insuline récurent incitent alors l’organisme à s’approvisionner en énergie à partir des glucides plutôt que des graisses. De ce fait, n’ayant plus la possibilité d’être utilisés comme combustible, les graisses alimentaires sont stockées et se déposent automatiquement dans les tissus et on les retrouvent également dans le sang.

Les pics de glycémie et d’insulinémie favorisent le stockage des graisses. 

 

Le coup de barre après le repas ou les fringales quelques heures après le repas:

 

Lorsque la glycémie monte très haut après l’ingestion d’aliments à IG élevé, on se sent bien. Mais la glycémie chute ensuite brutalement en dessous de son niveau de base. On est en hypoglycémie réactionnelle 4 heures après: sensation de faim et fatigue, on n’est pas bien. on se remet alors à manger et ce plus que ce dont le corps a besoin. 

L’appétit dépend donc de ce que nous mangeons. Il est donc plus judicieux de consommer des aliments à ig bas et modérés afin de ne pas créer de pics de glycémie. 

 

Quelques exemples d’indice glycémiques du quotidien:

IG élevé: pommes de terre, riz blanc, farine de blé blanche, pain blanc et complet fermentés avec des levures, confiseries, biscuits, barres chocolatées….

IG modéré: farine de blé complète ou semi-complète, polenta, semoule de blé dur, pain complet au levain, crème glacée, banane bien mûre, raisins secs, fruits au sirop, compotes sucrées, viennoiseries….

IG bas: tous les fruits (banane peu mûre), carottes cuites, légumes secs (lentilles, flageolets…), pâtes cuites « al dente », boulgour, quinoa, riz complet, flocons d’avoine, pains au levain multicéréales complètes ou seigle), purée d’amandes et noisettes, yaourts sans sucre ajouté….

IG très bas: légumes, poissons, crustacés, viandes, oeufs, huiles, olives, aromates, amandes, noix, noisettes, cassis, citron, rhubarbe, aromates et épices, café et thé sans sucre ajouté…

 

Pour plus de détails, je recommande les livres de Thierry Souccar et Angélique houlbert dont j’ai tiré le schéma réalisé ce résumé.

Continue Reading

Y-a-t-il du Sucre dans cet aliment?

Il peut arriver que le sucre ne soit pas là ou on l’attend. Il peut être très caché dans des produits industriels qui peuvent pourtant avoir un goût salé. En effet, jetez un coup d’oeil aux étiquettes des produits alimentaires transformés que vous consommez….

La première méthode pour repérer un sucre caché dans un aliment est de lire la liste des ingrédients. Voyez-vous les noms de glucose, saccharose, maltose, lactose, galactose, fructose, maltodextrine, sorbitol E420, lactitol, érythrol, xylitol, maltitol E 965, mannitol E421, Xylitol 967, Isomalt E953, amidon, amylose, amylopectine, sucre inverti, sirop de glucose, dextrose, sirop de glucose-fructose, sirop de maïs ? Tous ces mots désignent des sucres. 

Il est facile de connaitre également la teneur en sucre ajouté dans des produits en regardant le tableau d’informations nutritionnelles sur l’étiquette. 

La ligne importante est celle: « dont sucres». Ce chocolat noir pourtant extra-fin, apportent en réalité 52g de sucre pour 100g de chocolat. Cette teneur énorme en sucre est confirmée par la liste des ingrédients dans laquelle le sucre apparait en premier.

 

Pour plus de détails, je recommande les livres de Thierry Souccar et Angélique houlbert.

Continue Reading

Boulettes de Quinoa

Pour un repas sans gluten, ces boulettes de quinoa sont un vrai délice. Je les ai trouvées dans le livre « Sans gluten » des carnets Thermomix. Accompagnées d’une salade, ces boulettes constituent un véritable plat complet original et extrêmement facile et rapide à réaliser.

 

Cuire 150g de quinoa.
Mettre dans le bol d’un robot: le quinoa cuit + 1C à soupe de crème d’orge (15g environ) + 50g de parmesan râpé + 2 oeufs3 c. à soupe de ciboulette fraiche ciselée + sel et poivre.

Laisser la pâte reposer à température ambiante 15 minutes avant de la façonner en 8 croquettes à l’aide de 2 cuillères à soupe.

Chauffer une poêle avec un peu d’huile d’olive. Déposer les croquettes dans la poêle et cuire de tous les côtés 5 – 10 minutes.


Servir aussitôt.

Recette au Thermomix:

Dans le bol: 420g d’eau 5 min/Varoma / Vit 2

Puis ajouter 150g de quinoa 15 min/ 100°/vit 1

Puis ajouter 1C à soupe de flocons de quinoa + 50g de parmesan râpé + 2 oeufs3 c. à soupe de ciboulette fraiche ciselée + sel et poivre

40 sec / vit 4

 

 

Continue Reading

Soupe de Fraises à la Menthe

Dès que la saison des fraises pointe le bout de son nez, j’adore réaliser cette soupe car elle est facile à faire, très fraiche et surtout sans sucre ajouté. Joliment présentée, elle peut accompagner lors du gouter de bons petits cakes, muffins ou sablés ou bien être un dessert à part entière après un repas un peu consistant ou riche.

La menthe lui donne un goût très frais et très agréable.

 Evidemment, plus les fraises sont de bonne qualité, plus la soupe étincellera de saveurs. Dans le cas contraire, il sera peut être nécessaire de rajouter un peu de sucre. Le goût peut également changer en fonction de la variété des fraises.
Cette soupe de fraises est extrêmement rapide à réaliser mais elle sera encore meilleure après un passage de quelques heures au frigo.

 

Dans le bol d’un blender: Mixer 250g de fraises lavées et équeutées + 5 belles feuilles de menthe fraiches + 1 cuillère à soupe de jus de citron (45 secondes/ vitesse 6 si Thermomix)

 Filtrer dans une passoire pour enlever les grains (facultatif).
 

Au frais au moins 2 heures avant de déguster.

 

(Si nécessaire, il est possible de rajouter un peu de sucre à la liste des ingrédients dans le bol, mais dans ce cas, l’indice glycémique devient plus élevé)

Continue Reading

L’assiette équilibrée du quotidien ….

Seul, à 2 ou à plusieurs, il est préférable de ne pas manger devant la télévision et encore moins devant les informations qui mettent le moral à zéro (ce qui peut pousser à manger plus pour se réconforter!) Notre cerveau a besoin de recevoir les signaux de « mise à table ». Pour cela, on s’installe confortablement à table, au calme, en prenant le temps de manger et de mastiquer de petites bouchées. Il est primordial de prendre conscience de ce que nous sommes en train de manger. Un repas doit être pris en 20 minutes minimum à partir de la première bouchée pour que le cerveau reçoive les signaux de satiété. Midi, comme soir, l’assiette équilibrée est globalement la même. Le soir, il est important de diminuer un peu les quantités.

En cliquant ici : dépliant, vous aurez accès au fichier PDF du dépliant récapitulatif sur l’alimentation équilibrée que j’ai rédigé. N’hésitez pas, via mon mail (contact@audrey-cookinglove.fr) à me demander de vous l’envoyer par courrier afin d’avoir une version sans « proof » en diagonale, ce sera avec plaisir.

Une assiette équilibrée peut former l’assiette complète telle que décrite ci-dessous:

La moitié au moins de votre assiette doit comporter des légumes :
Et le maître de mot est : des légumes frais de saison (vous trouverez dans ce blog les articles sur les légumes et fruits de saison) , et si possible bio.  Mettez des couleurs dans votre assiette en variant les familles de légumes car ils vous apporteront des bienfaits différents pour votre Santé.
Ils peuvent être consommés : crus, cuits, chauds, en soupe chaude ou gaspacho froid, râpés, en entrée, en accompagnement, dans une omelette, en salade, mais ne sont pas cachés dans un gratin ou des tartes au quotidien (qui regorgent de crème fraiche, de lardons ou d’autres matières grasses et sucres).
Il est possible de se dépanner de temps en temps avec des légumes congelés non préparés mais pour ce qui est des légumes en conserve, faites attention à la liste des ingrédients qui cache parfois des sucres et surtout beaucoup de sel.
Les légumes nous apportent:

  • un sentiment de satiété important
  • des vitamines
  • des minéraux
  • des anti-oxydantss
  • des fibres
  • et peu de calories
  • permettent un bon équilibre acido-basique du corps (accès à l’article sur l’équilibre acido-basique en cliquant ici)

LA POMME DE TERRE NE PEUT PAS ÊTRE CONSIDÉRÉE COMME UN LÉGUME. (Accès à l’article sur les pommes de terre en cliquant ici)
LE PETIT POIS EST UNE LÉGUMINEUSE.

L’autre moitié de l’assiette contiendra, pour 1/4, une source de protéines :

Qu’elles soit animales (viande, volailles, abats, poisson, produits de la mer, oeufs, laitages) ou végétales (olégineux, légumineuses, céréales complètes, légumes, algues), les protéines doivent se trouver dans nos assiettes à chaque repas. L’OMS recommande au moins 0,8g de protéines par kilo de poids corporel et par jour. Ainsi, l’alimentation d’une femme de 60kg doit apporter au moins 48g de protéines et celle d’un homme de 80kg, au minimum 64g de protéines par jour.
Pour avoir une petite idée :

  • 100g de sardines en boite apportent 30g de protéines
  • 100g de roti de boeuf ou de blanc de poulet apportent 27g de protéines
  • 100g de crevettes apportent 20g de protéines
  • 3 oeufs apportent 18g de protéines
  • 120g de lentilles cuites apportent 10g de protéines
  • 30g d’amandes apportent 7g de protéines
  • 30g de camembert apportent 6g de protéines
  • 120g de quinoa cuit apportent 5g de protéines
  • 1 yaourt apporte 5g de protéines

Il est donc nécessaire d’apporter des protéines à chaque repas mais en variant les sources pour que la moitié au moins soit issue du règne végétal. Un article complet a été dédié ce sujet dans ce blog, dont on a accès en cliquant ici.
Pour éviter les sensations de faim, misez au déjeuner sur des aliments protéiques qui requièrent un temps de digestion plus long (Accès à l’article « pour éviter les fringales » en cliquant ici). Le poisson à la vapeur le midi n’est peut être pas la meilleure formule si vous avez souvent une sensation de faim dans l’après midi.
Les protéines réduisent de moitié les pensées obsessionnelles sur la nourriture et les grignotages de fin de soirée.

Des lipides dans votre assiette:

S’il y a trop peu de matières grasses dans votre alimentation, vous allez provoquer un effondrement hormonal, néfaste pour la Santé physique mais aussi mentale.
Soyez très attentif aux huiles que vous achetez et aux mentions « vierge » et « pression à froid » qui doivent impérativement apparaître sur l’emballage, autrement cela signifie que cette huile a été obtenue à l’aide de solvants chimiques et par la chaleur. Elle ne sera donc pas interessante pour l’organisme et peut même être nocive.
Attention, il est important de savoir quelles huiles servent à la cuisson et quelles huiles sont idéales pour l’assaisonnement. Toutes ne peuvent pas être chauffées car en fonction des acides gras qui la composent, des  radicaux libres et des composés nocifs pour l’organisme peuvent être formés. Vous trouverez dans ce blog plusieurs articles  sur les matières grasses pour vous aider à bien comprendre et à choisir les plus adaptées à chacun de vos besoins.
Accès à l’article « l’univers des lipides » en cliquant ici.
Accès à l’article  « les matières grasses pour la cuisson » en cliquant ici.
Accès à l’article sur « les matières grasses pour l’assaisonnement » en cliquant ici.
Accès à l’article sur « les matières grasses pour les tartines » en cliquant ici

Rajouter des oléagineux sur les préparations (ou au dessert) comme, par exemple, des cerneaux de noix sur les salades  est très bénéfique pour la Santé (accès à l’article sur les oléagineux en cliquant ici).

On peut trouver dans le dernier 1/4 de l’assiette des féculents à indice glycémique bas:
Les féculents sont optionnels et leur quantité dépendra de l’activité physique et du gabarit de chacun. On peut s’en passer car il n’y a pas de glucides essentiels, seulement des acides aminés et des lipides essentiels. Les fruits peuvent très bien être la seule source significative de glucides.
La plupart du temps, plus on mange de féculents, plus les fringales se font sentir quelques heures après. La consommation des féculents ne doit donc pas être selon l’appétit mais selon l’activité physique où la dépense énergétique est plus importante. La quantité de féculents ne doit quand même pas dépasser 1/4 de l’assiette ou environ 30g de pain au levain (Accès à l’article sur le pain en cliquant ici) pour respecter une alimentation équilibrée.
Il important d’éliminer les féculents qui stimulent trop la quantité d’insuline (ceux dont l’indice glycémique est élevé) : pommes de terre, riz blanc, farines blanches dans les pâtes ou le pain, plats industriels transformés. A la place, il faut privilégier les céréales à indice glycémique bas (riz complet, quinoa, farines complètes de blé, de seigle, d’orge….) ou des légumineuses.
Attention, ne doublez pas la quantité en cumulant pain et féculents au cours du même repas ! L’un vient en remplacement de l’autre.
Accès à l’article sur le choix des féculents en cliquant ici.

Moins on mange de féculents et d’aliments glucidiques, plus on baisse le taux d’insuline, plus le corps brule les graisses de réserve, et plus l’organisme évacue facilement l’excès de sodium et d’eau hors de l’organisme entrainant une diminution de la rétention d’eau.

Terminez le repas par un fruit frais de saison :
Ils sont des sources de sucre (fructose) mais il est important de les inclure chaque jour dans l’alimentation car ils ont globalement tous un indice glycémique moyen ou bas et ils apportent:

  • de l’eau
  • des anti-oxydants
  • des vitamines
  • des folates
  • des fibres (qui prolongent le sentiment de satiété)
  • du potassium

Le mieux est de consommer, le plus souvent, des fruits frais à croquer. Par la mastication, ils prennent un certain temps à être digérés. Même s’ils fournissent du fructose, celui-ci n’arrive pas en masse au niveau du foie et l’organisme est justement bien adapté pour gérer les petites quantités de fructose naturellement présents dans les fruits.
De temps en temps il est possible de les consommer cuits avec la peau et en gros morceaux (non mixés) et surtout sans sucre ajouté. Ce n’est quand même pas la meilleure solution pour une satiété durable, un fruit frais entier à mastiquer le sera davantage.
En revanche, le jus de fruits ou la compote ultra mixée, même sans sucre ajouté (Accès à l’article sur la compote en cliquant ici) n’ont pas leur place dans une alimentation équilibrée et ne vaut pas un fruit à croquer car si au départ le fruit a un indice glycémique bas, une fois en jus (même pressé maison) il devient un jus à indice glycémique très élevé (Accès à l’article sur les jus de fruits en cliquant ici).

Un fruit transformé ne sera jamais l’équivalent d’un fruit entier.

Si les fruits crus sont trop difficile à supporter en fin de repas, vous pouvez les consommer au début.
Les desserts sucrés ou gâteaux à indice glycémique élevé n’ont pas leur place en fin de repas, ni même au goûter.

Voici quelques portions de fruits:

ABRICOTS 2
ABRICOTS SECS 3
ANANAS 1/4
BANANE (plutôt verte)
Plus elle est mûre, plus son indice glycémique est élevé et inversement, plus elle est verte, plus l’ig sera bas (65 mûre contre 40 verte). La maturation des fruits s’accompagne d’une conversion de l’amidon en glucides simples. Ceci explique d’ailleurs le goût plus sucré des fruits mûrs, par rapport aux fruits verts
1
CERISES 20
CLÉMENTINES 2
DATTES SÉCHÉES 3
FIGUES 2
FRAISES 13
FRAMBOISES 20
KIWIS 2
LITCHIS 10
MANGUE 1
MELON 1/4 si gros ou 1/2 si petit
ORANGE 1
PÊCHE 1
POIRE 1
POMME 1
PRUNES 2
RAISIN 20 grains

Les laitages sont optionnels:
Un article sur ce blog leur est consacré. Leur consommation est fonction des goûts et des tolérances de chacun. Si vous ne les aimez pas, n’en prenez pas.

Si vous adorez le fromage, consommez-le au petit déjeuner ou à midi uniquement.
Concernant les yaourts, choisissez les natures et sans sucre ajouté.
Accès à l’article sur les laitages en cliquant ici.

Les collations
Les collations sont parfois nécessaires mais il est important de bien une véritable fringale et de bien choisir les collations.
Un article entier est décidé, dans ce blog, à ce sujet. Pour le consulter, cliquer ici.


 

Article réalisé à partir de la formation nutrition de Angélique Houlbert et Julien Venesson.

Continue Reading